La violence de la vie quotidienne à Libreville

LA VIOLENCE DE LA VIE QUOTIDIENNE À LIBREVILLE, Academia, 2016

9782806103079r

Sous la direction d’Alice Ateranius-Owanga, Maixant Mebiame-Zomo et Joseph Tonda.
Academia-L’Harmattan, collection Investigations d’anthropologie prospective.

Cet ouvrage offre une micro-analyse du quotidien des habitants de Libreville, en s’attachant à une dimension incontournable des échanges et des pratiques qui s’y donnent à voir : leur violence. Les articles examinent cette violence ordinaire et latente de la vie quotidienne à Libreville, démontrant comment violence des rapports sociaux, violence des institutions et violence de l’invisible s’entrecroisent.

Quatrième de couverture :

« A partir d’approches disciplinaires variées, les études de cas réunies dans cet ouvrage offrent une plongée dans le microcosme librevillois, en s’attachant à examiner les formes de violence qui se manifestent dans le quotidien de ses habitants. Car, s’il est un domaine que l’observation de Libreville ne peut manquer de mettre en évidence, une dimension incontournable des échanges qui se déroulent en son sein, c’est bien sa violence. De la coercition des forces de l’ordre aux brutalités observées au sein des cellules familiales, en passant par les interactions chargées de mépris qui ont cours dans les administrations publiques, les transports ou les commerces, les articles réunis ici examinent cette violence ordinaire et latente de la vie quotidienne à Libreville. 

En abordant des domaines aussi variés que ceux de la santé, du religieux, des rapports de genre, des loisirs ou du politique, les contributions réunies démontrent comment, violence des rapports sociaux, violence des institutions, violence de l’invisible s’entrecroisent et s’interpénètrent dans le quotidien librevillois.

Les auteurs soulèvent finalement la question complexe des échappatoires à la violence, cette violence que les Librevillois s’administrent à eux-mêmes, et dont ils sont complices. »

Les auteurs :

Alice Aterianus-Owanga est anthropologue, réalisatrice de documentaires et actuellement chercheure posdoctorante à l’Institut Français d’Afrique du Sud, à Johannesburg.

Maixant Mébiame-Zomo est maître-assistant à l’Université Omar Bongo où il enseigne la sociologie et l’anthropologie des religions et chercheur au laboratoire d’anthropologie LABAN.

Joseph Tonda est professeur à l’Université Omar Bongo de Libreville. Son dernier ouvrage s’intitule L’impérialisme postcolonial. Critique de la société des éblouissements, Paris, Karthala, 2016.

La préface de ce livre, qui met l’ouvrage en perspective avec les récents événements post-électoraux survenus au Gabon, est accessible en libre accès sur le site d’Académia et de l’Harmattan, à l’adresse suivante : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=51856

TABLE DES MATIÈRES

Préface
Alice Aterianus-Owanga et Joseph Tonda

Introduction
Alice Aterianus-Owanga, Maixant Mebiame-Zomo et Joseph Tonda


A Précis of Violence in Colonial Libreville, ca. 1840-1940 
Jeremy Rich


« Libreville by night ». Célébrité, sexualité et violence 
des rapports de genre dans le monde de la nuit.
Alice Aterianus-Owanga


Les activités commerciales en ville : un bricolage quotidien violent 
et « sans filet » 
Bertin Yanga Ngary


La chasse à l’homme à Libreville
Lionel Ikogou-Renamy


La violence à l’Université Omar BONGO (UOB) de Libreville : 
entre domination sociopolitique  et « lutte des places » 
chez les étudiants
Orphée Soumaho Mavioga


La violence en milieux de lecture et de recherche  à Libreville : 
comment et pourquoi ? 
Joël-Jadot Medzegue M’Akue


La violence par le sang. Vampirisme et zombification par le don 
de sang à Libreville 
Mahéba Tonda


La géographie de l’offre de soins et la violence 
de la vie quotidienne à Libreville 
Euloge Makita-Ikouaya


La violence du religieux à Libreville
Maixant Mebiame-Zomo


Violences dans les initiations « blanches » à Libreville
Nadège Chabloz


Vivre ailleurs à Libreville
Joseph Tonda


Figures terrifiantes et motifs monstrueux dans les légendes 
urbaines au Gabon 
Léa Zame Avezo’o


« Il a donné », ou la violence de l’imaginaire populaire 
des nominations politiques à Libreville 
Ludovic Mba Ndzeng


« C’est ça l’émergence ». Le kongossa comme support idéo-logique 
de la violence de l’émergence 
Emmanuelle Nguema Minko