Appel à communication : Politique, Croyances et Conflits en Afrique Centrale

Journées d’étude du LABAN, les 8 et 9 juin 2017 libreville gabon

La communauté des chercheurs en sciences sociales s’interroge moins sur le triptyque « Politique, croyances et conflits » en Afrique subsaharienne. Il résulte de ce déséquilibre une limite ouvrant la voie à un fort potentiel de recherche dans les années à venir. De nombreux travaux traitent de manière séparée la politique et les croyances comme source de conflits en Afrique. La littérature existante provient essentiellement de sources institutionnelles et circule sous la forme de travaux d’expertises rédigés en réponse aux commandes des agences d’aides internationales – bailleurs de fonds et ONG (UNESCO, 2005).

La compréhension des conditions d’émergence des conflits, dans leurs contextes spécifiques, peut devenir un précieux outil pour l’élaboration d’initiatives préventives ou des réponses ajustées lorsqu’une situation est en passe de se dégrader. La majorité des conflits survenant sur le continent africain sont des conflits intra-étatiques. Ceux-ci émergent pour une variété de raisons complexes : croyances, politiques, rapports entre ethnies et rapports économiques.

Cependant, d’une manière générale, il est admis que l’avènement de situations conflictuelles est en partie lié aux processus de mutations sociales que connaissent toutes les sociétés (Bowd et Chikwanha, 2010). Les changements sociaux peuvent ainsi conduire à l’émergence de conflits ; les facteurs structurants tels que le changement de régime politique, notamment le passage d’un système monopartite à un modèle pluripartite est un bon exemple de catalyseur de tensions. Dans son acception la plus large, la notion de conflit – entendue comme l’expression d’intérêts opposés entre au moins deux parties[1] – ne renvoie pas nécessairement à un phénomène négatif au départ. Ce qui est en jeu, c’est surtout la manière dont les sociétés répondent aux conflits émergents.

Karl Marx soulignait déjà que tout système humain dynamique est par nature conflictuel, et implique des logiques d’opposition d’intérêts qui se déploient entre les différentes classes sociales. De ce fait, le conflit se présente comme une situation sociale où des acteurs en interdépendance ayant des intérêts soit convergents ou divergents vont s’affronter de façon manifeste ou latente. Le point essentiel réside dans la manière dont ces tensions sont gérées. Par conséquent, le conflit peut jouer un rôle constructif, si son processus de gestion – les processus sociaux et politiques –, fournit des canaux qui favorisent le dialogue, la participation et la négociation. Il devient un  facteur de santé publique, une partie intégrante de toute société saine qui rétabli « l’unité de ce qui a été rompu » (Simmel, 1995).  À l’inverse, le conflit devient destructeur si les canaux de dialogue sont bloqués et que les besoins de base ne sont pas satisfaits, débouchant ainsi sur les ressentiments et la protestation, la répression et la violence (Atérianus, Mebiame Zomo et Tonda, 2016).

Ce sont donc les capacités d’une société à répondre à un conflit qui font la différence et permettent de changer le cours de celui-ci ou d’en déterminer la dynamique. Ainsi, plus une société est traversée par des rapports de domination ou des relations coercitives, plus grande est la probabilité que des conflits structurels émergent. À l’inverse, si les processus sociaux et politiques permettent une gestion négociée des tensions latentes et des facteurs déclencheurs des conflits, un changement et une transformation pacifique de ces conflits peuvent s’ensuivre. Les facteurs déclencheurs des conflits sont spécifiques à chaque contexte. Toutefois, des caractéristiques communes peuvent être tirées de l’examen de plusieurs conflits intra-étatiques.

Par conséquent, au moins quatre catalyseurs de conflits peuvent être retenus dans le cadre de cette rencontre. Il ne s’agit pas de définir ici les racines majeures des conflits. Les sources des conflits couvrent en effet un large éventail de facteurs, il s’agit tout au plus de pointer les conditions particulières les plus susceptibles d’entraîner un conflit social, économique et politique à la confrontation violente soutenue. La question du conflit sera analysée à travers les axes ci-après :

  • Les griefs politiques, économiques et sociaux majeurs;
  • La concurrence et les conflits entre groupes (identité) ;
  • Les croyances et violation des droits humaines (crimes, assassinats) ;
  • L’absence supposée de voies efficaces pour la résolution non violente des conflits (démocratie).

Les titres et résumés de communication (maximum 500 mots) sont attendus au plus-tard le 06 mai 2017 au l’adresse suivante : lesjourneesdulaban@gmail.com

[1]  Cette définition du conflit est applicable tant aux individus qu’à des groupes et collectifs (dont les États) et suppose que plus de deux parties peuvent être impliquées dans un conflit.