Superstitions Culturesmondes

En passant

De l’imaginaire sorcellaire à la « chasse aux sorcières »

Comment expliquer la recrudescence des accusations en sorcellerie ces dernières années et les violences qui en découlent souvent? Comment les systèmes judiciaires prennent en charge ces affaires, comment peuvent cohabiter justice coutumière et justice pénale ? CulturesMonde par Florian Delorme le 15 juin 2017 – France Culture avec Andrea Ceriana Mayneri et Gervais Ngovon.

Lire la suite

Exposition « Présumées coupables », Archives nationales, Paris.

 exposition Présumées coupables

Du 30 novembre 2016 au 27 mars 2017 : Site de Paris – Hôtel de Soubise

Restituer la voix des femmes à travers les pièces de procédure de la fin du Moyen Âge au 20e siècle, telle est l’ambition de cette grande exposition. Plus de 320 procès-verbaux d’interrogatoires, qui sont parfois les seules traces écrites de destinées fragiles, nous livrent les propos tenus par des femmes confrontées aux juges qui les questionnent.
L’exposition privilégie cinq archétypes : la sorcière en Europe aux 16e-17e siècles, l’empoisonneuse, l’infanticide, la pétroleuse de la Commune de Paris et, enfin, la traîtresse incarnée le plus souvent par la femme tondue lors de la Libération. Lire la suite

Un ouvrage majeur sur la sorcellerie centrafricaine

decryptages – Par Jean-Pierre Tuquoi – Publié le 13 Juin, 2014

Quiconque a vu des images des combattants de la Séléka ou des anti-balaka, les deux mouvances qui s’affrontent aujourd’hui en République de Centrafrique (RCA) n’a pu qu’être frappé par les gris-gris de toutes sortes qu’ils portent. Autour du cou, des bras, de la tête les jeunes soldats exhibent des amulettes censées les protéger dans les combats et les aider à vaincre leur adversaire. Andrea Ceriana Mayneri, un des rares jeunes universitaires à avoir sillonné la Centrafrique, s’est penché sur ces croyances fétichistes dans un passionnant ouvrage, qui éclaire la tragédie d’aujourd’hui. Lire la suite

Présentation de l’ouvrage : Sorcellerie et violence en Afrique

Dans plusieurs pays africains la croyance à la sorcellerie se traduit par des accusations, des stigmatisations, des violences, des procès judiciaires et parfois, par de lourdes condamnations. Des églises aux tribunaux, être désigné comme « sorcier » impute à la personne accusée une capacité de nuire et l’assigne à une déchéance d’humanité. De l’espace villageois à l’espace urbain, de l’espace privé à l’espace public, les flambées de violences accusatrices ont un caractère quasi épidémiologique allant jusqu’à mettre en cause le fonctionnement de l’État et de ses institutions. Lire la suite