Logiques de l’accusation dans le cadre institutionnel

Les recherches engagées au sein de cet axe se focaliseront sur les dynamiques sociales de la parole accusatrice et les chaînes d’escalade de la stigmatisation, de l’imputation et de l’accusation dans plusieurs cadres institutionnels : justice, police, associations, entreprises. Elles poseront explicitement le problème des droits de l’homme par rapports aux faits répressifs consécutifs aux accusations de sorcellerie (Ter Haar, 2007). L’accusation, moment clé, du processus social, sera étudiée à travers la diversité de ses expressions symboliques, de ses modalités pratiques, de ses codifications, de ses acteurs et de ses scénographies. Ainsi, l’entrée des « affaires de sorcellerie » dans les cours de justice en Afrique n’est pas un phénomène nouveau (Fisiy, 1990 ; Fisiy & Geischiere, 1990 ; Raynal, 1994). Le scénario change de nature et d’enjeu lorsque le plaignant (ou la famille) qui se dit victime de « sorcellerie » voit sa plainte reconnue en droit par la cour de justice pénale et que le soupçon porté sur les personnes « coupables » se transmue en accusation en bonne et due forme, assortie de sanction, par la médiation de quelque tradipraticien, « témoin à charge » ou expert des choses cachées, visionnaires de ces actes par définition invisibles. La transformation d’une affaire de sorcellerie en « affaire pénale » suppose une accusation publique portée par un magistrat, intervenant au nom des valeurs et des normes de la société mises en cause par le prévenu. Lire la suite

Quête de guérison et itinéraires de consultations

 Cet axe de recherche part d’un constat : le champ des réponses à la maladie est encore majoritairement couvert en Afrique par les ressources qu’offrent les institutions religieuses. Cette situation n’est pas uniquement liée aux limites et aux impasses de la médecine « inhospitalière » (Sardan & Jaffré, 2003), elle a aussi des raisons anthropologiques qui interrogent « le sens du mal » (Augé & Herzlich, 1984). La nouvelle donne que représente l’offre thérapeutique émanant des ministères et des centres de délivrance cible, non sans effet d’imposition, les victimes de la sorcellerie et du Diable, court-circuitant aussi bien les recours traditionnels que les services hospitaliers et menaçant la diversité et la pluralité objective des pratiques de consultation et de guérison. Lire la suite

Violence, incertitude et vulnérabilité

En Afrique centrale, la multi-crise est ancienne, durable et profonde. Les milieux sociaux se sont progressivement adaptés aux incertitudes et à la précarité qu’elle n’a cessé de générer. Les principaux modes de redistribution qui fondaient la solidarité africaine ne réussissent plus aujourd’hui à réduire l’incertitude en général et les risques économiques, sociaux et sanitaires des plus faibles. Ainsi, la recherche de la sécurité et la réduction de l’incertitude peuvent être considérées comme un trait majeur de la culture africaine contemporaine dans un contexte où le flou et l’ambiguïté sont plutôt la règle que l’exception (Boholm, 2003 : 168). Les formes culturelles de résilience liées aux vulnérabilités générées par la crise se traduisent ainsi par des changements de comportements sociaux et familiaux. De nombreuses dynamiques oeuvrent ainsi de manière déterminante à la généralisation d’une culture de l’incertitude qui affecte les conceptions du monde, le lien social et le rapport à la richesse et au travail. Dans ces circonstances, certaines catégories sociales (les femmes, les vieux, les enfants) sont davantage vulnérables à la violence ordinaire des rapports sociaux et deviennent par la même vulnérables à la violence des accusations de sorcellerie. Lire la suite