Figures et imaginaire de la réussite sociale à Yaoundé. Les enjeux moraux d’un débat public

Soutenance de thèse d’Emmanuel Galland, le 23 novembre 2016

MMSH_accueilEmmanuel Galland, doctorant de l’Institut des Mondes Africains et membre du programme EInSA, soutiendra sa thèse de doctorat en anthropologie le mercredi 23 novembre 2016 à 13h, salle Duby, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Lire la suite

Des mauvais esprits et des corps souffrants. Pentecôtisme, sorcellerie et guérison en Afrique

Habilitation à diriger des recherches le 19 octobre 2016

UniversitŽ Montpellier - Campus Saint Charles

Chargée de recherche 1ère classe au CNRS, Sandra Fancello a soutenu une habilitation à diriger des recherches le mercredi 19 octobre à 14h, salles des Actes, à l’Université Paul-Valéry de Montpellier, Site Saint-Charles. Lire la suite

Colloque international « Face à la sorcellerie », Paris 13-15 juin

En clôture du programme ANR « l’État et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine. Violence, justice et droits de l’Homme » (EInSA 2012-2016)

IMG_3851Dans certaines régions d’Afrique, les « affaires de sorcellerie » et la chaîne de violences qui conduit du soupçon, ou de la rumeur, à l’accusation publique jusqu’au passage à l’acte (meurtre, lynchage), prennent aujourd’hui une dimension alarmante. Les accusations peuvent cependant être portées devant les institutions légales car dans les systèmes judiciaires de ces pays africains, la « pratique de sorcellerie », associée à la « magie » et au « charlatanisme », est définie et sanctionnée en tant que délit ou crime par des articles des Codes pénaux introduits par l’autorité coloniale au milieu du XXe siècle et conservés, renforcés par les systèmes judiciaires postcoloniaux. Lire la suite

Journées d’étude : Corps, mémoires, liens. Comment les migrants fabriquent leur présent.

Corps, mémoires, liens : comment les migrants fabriquent leur présent ?

flou optimisé

© Sandra Fancello

Lors de ces journées la réflexion sera orientée autour de divers profils de l’expérience migratoire. Les variables (culturelles, religieuses, politiques) déterminant, au cours de l’expérience migratoire, les formes de la mémoire et de l’oubli, et leur rapport avec les questions de la souffrance et de la cure ; la manière de reproduire par le corps la mémoire et le lien social, à travers ce qu’on peut nommer des archives incorporées, parmi lesquelles les symptômes et la maladie ; la dialectique entre mémoire et oubli et les économies morales du mensonge parmi les réfugiés et les demandeurs d’asile, tout en se posant la question suivante : Que signifie pour ces sujets devoir inventer des dates, noms, événements douloureux, relations et émotions, et donc vivre dans un monde d’expériences sans références au point de s’inventer une biographie, voire : une mémoire, parallèle ?

Lire la suite

Religions, guérisons et forces occultes en Afrique

Mis en avant

Religions, guérisons et forces occultes. Le regard d’Eric de Rosny, Sous la direction de gilles seraphin, Paris, Éditions Karthala, 2016

Sans-titre-1En apparence, rien ne destinait Éric de Rosny (1930-2012) à cette vie d’exploration passionnée dans plusieurs territoires éloignés. Né au sein d’une famille de vieille noblesse française, il intègre dès ses 19 ans la Compagnie de Jésus. Celle-ci l’enverra en Afrique, essentiellement au Cameroun, où il exercera plusieurs responsabilités. Dès son arrivée à Douala, en 1957, ce jeune enseignant est vite intrigué. Ses élèves font fréquemment allusion à la « sorcellerie ». En visiteur, curieux mais respectueux, il rencontre, lie amitié, assiste à des cérémonies. Il s’initie à la langue, observe, questionne. Sur les pas de Din, un nganga (guérisseur) qui lui «ouvre les yeux », il est initié aux mystères du monde invisible et aux rites de guérison traditionnels. Lire la suite