Exposition « Présumées coupables », Archives nationales, Paris.

 exposition Présumées coupables

Du 30 novembre 2016 au 27 mars 2017 : Site de Paris – Hôtel de Soubise

Restituer la voix des femmes à travers les pièces de procédure de la fin du Moyen Âge au 20e siècle, telle est l’ambition de cette grande exposition. Plus de 320 procès-verbaux d’interrogatoires, qui sont parfois les seules traces écrites de destinées fragiles, nous livrent les propos tenus par des femmes confrontées aux juges qui les questionnent.
L’exposition privilégie cinq archétypes : la sorcière en Europe aux 16e-17e siècles, l’empoisonneuse, l’infanticide, la pétroleuse de la Commune de Paris et, enfin, la traîtresse incarnée le plus souvent par la femme tondue lors de la Libération. Lire la suite

Penser la sorcellerie en Afrique

Mis en avant

Penser la sorcellerie en Afrique, Éditions Hermann, mars 2015

Couverture-HermannLa sorcellerie a pris dans l’Afrique contemporaine des formes inédites : enfants sorciers, crimes rituels, vols de sexe, possessions diaboliques. Elle ne renvoie plus à un système organisé de croyances et de pratiques mais plutôt à des imaginaires polymorphes suscités par l’insécurité et l’injustice vécues au quotidien. Les faits de violence associés aux affaires de sorcellerie témoignent d’une profonde dérégulation normative et exigent des enquêtes situées qui interrogent les chaînes du soupçon et de l’accusation.  Lire la suite

Enfants-sorciers, enfants de rues

Dans le cadre du séminaire commun CEMAf-CEAf “Mondes africains”
Sorcellerie et violence en Afrique : une ethnographie par l’image

Le vendredi 13 décembre 2013

Sylvie Ayimpam (CEMAf), « Une jeunesse dans un contexte de précarité et d’insécurité », à propos du film Les enfants du Diable (RDC)

Andrea Ceriana Mayneri (UCL) « Enfance, abandon et sorcellerie à Bangui » à propos de Enfants-sorciers, un film de Hans Bouma. Lire la suite