Ordinary Violence and Social Change in Africa

Jacky Bouju, Aix-Marseille University and Mirjam de Bruijn, Leiden University and African Studies Centre Leiden (eds.)

Ordinary social violence, – i.e. recurrent mental or physical aggression occurring between closely related people – structures social relationships in Africa, and in the world. Studies of violence in Africa often refer to ethnic wars and explicit conflicts and do not enter the hidden domain of violence that this book reveals through in-depth anthropological studies from different parts and contexts in Africa. Ordinary violence has its distinctive forms embedded in specific histories and cultures. It is gendered, implicates witchcraft accusations, varies in rural and urban contexts, relates to demographic and socio-economic changes of the past decades and is embedded in the everyday life of many African citizens. The experience of ordinary violence goes beyond the simple notion of victimhood; instead it structures social life and should therefore be a compelling part of the study of social change. Lire la suite

Le projet de recherche

Dans certaines régions d’Afrique, les « affaires de sorcellerie » et la chaîne de violences qui conduit du soupçon, ou de la rumeur, à l’accusation publique jusqu’au passage à l’acte (meurtre, lynchage), prennent aujourd’hui une dimension alarmante. Loin d’être une dimension exotique ou anachronique des crises sociétales africaines, ces faits mettent en cause le fonctionnement de l’État et de ses institutions dans le contexte de la modernité. De l’espace villageois à l’espace urbain, de l’espace privé à l’espace public, l’exploitation médiatique et politique de ces flambées de violences accusatrices leur confère un caractère quasi épidémiologique. La fluidité du phénomène est accentuée par le fait qu’on n’a plus à faire à des accusations socialement circonscrites et régulées, exutoires des tensions sociales liées aux clivages connus (hommes/femmes, vieux/jeunes, parents/alliés, riches/pauvres). La dérégulation normative liée en partie au désengagement de l’État installe l’insécurité et l’incertitude au coeur de la vie sociale et atteint les rapports intrafamiliaux, les relations de voisinage et de cohabitation, de générations et de genre, et plus globalement l’économie morale des entreprises et la légitimité des institutions. Lire la suite