Enfants-sorciers, enfants de rues

Dans le cadre du séminaire commun CEMAf-CEAf “Mondes africains”
Sorcellerie et violence en Afrique : une ethnographie par l’image

Le vendredi 13 décembre 2013

Sylvie Ayimpam (CEMAf), « Une jeunesse dans un contexte de précarité et d’insécurité », à propos du film Les enfants du Diable (RDC)

Andrea Ceriana Mayneri (UCL) « Enfance, abandon et sorcellerie à Bangui » à propos de Enfants-sorciers, un film de Hans Bouma. Lire la suite

Présentation de l’ouvrage : Sorcellerie et violence en Afrique

Dans plusieurs pays africains la croyance à la sorcellerie se traduit par des accusations, des stigmatisations, des violences, des procès judiciaires et parfois, par de lourdes condamnations. Des églises aux tribunaux, être désigné comme « sorcier » impute à la personne accusée une capacité de nuire et l’assigne à une déchéance d’humanité. De l’espace villageois à l’espace urbain, de l’espace privé à l’espace public, les flambées de violences accusatrices ont un caractère quasi épidémiologique allant jusqu’à mettre en cause le fonctionnement de l’État et de ses institutions. Lire la suite

Publications

Publications des membres du programme

Vient de paraître:

CERIANA MAYNERI Andrea, 2014, Sorcellerie et prophétisme en Centrafrique, Paris, Karthala.

MARTINELLI B., BOUJU J. (éds.), 2012, Sorcellerie et violence en Afrique, Paris, Karthala.

avec les contributions de Bruno Martinelli, Sandra Fancello, Julien Bonhomme, Roberto Beneduce, Sylvie Ayimpam, Andrea Ceriana-Mayneri, Gervais Ngovon & Aleksandra Cimpric. Lire la suite

Quête de guérison et itinéraires de consultations

 Cet axe de recherche part d’un constat : le champ des réponses à la maladie est encore majoritairement couvert en Afrique par les ressources qu’offrent les institutions religieuses. Cette situation n’est pas uniquement liée aux limites et aux impasses de la médecine « inhospitalière » (Sardan & Jaffré, 2003), elle a aussi des raisons anthropologiques qui interrogent « le sens du mal » (Augé & Herzlich, 1984). La nouvelle donne que représente l’offre thérapeutique émanant des ministères et des centres de délivrance cible, non sans effet d’imposition, les victimes de la sorcellerie et du Diable, court-circuitant aussi bien les recours traditionnels que les services hospitaliers et menaçant la diversité et la pluralité objective des pratiques de consultation et de guérison. Lire la suite