Pentecôtismes et violence du discours sorcellaire au Cameroun

SOUTENANCE DE THÈSE DE SARIETTE BATIBONAK LE 16 DÉCEMBRE 2015

thèse-sarietteA partir d’enquêtes menées entre 2010 et 2015, Sariette Batibonak analyse le discours anti-sorcellerie diffusé dans les Églises pentecôtistes au Cameroun depuis le début des années 1990. Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’étude du pentecôtisme en général mais de comprendre le rôle des prédicateurs dans la radicalisation de la lutte contre la sorcellerie au Cameroun, tandis que l’expansion du pentecôtisme se nourrit de cette rhétorique anti-sorcellerie dont le succès populaire n’est pas entamé par les images de violence qu’elle contribue à véhiculer. Lire la suite

Politique de la délivrance et guerre spirituelle des pentecôtistes en Afrique

6e Conférence européenne des études africaines, paris, juillet 2015

ECAS-logo-AfriqueAvec le succès des églises pentecôtistes et des centres de délivrance, la lutte contre les «forces du mal» est devenue un thème de mobilisation dans l’Afrique contemporaine. Le discours sur l’omniprésence de la sorcellerie dans les sphères de la vie quotidienne, alimenté par le «marché de la guérison», contribue à renforcer l’imaginaire de la persécution par les autres, proches ou lointains, le pentecôtisme constituant une forme paradoxale et alternative de discours sorcellaire. La délivrance pentecôtiste se présente comme une ressource individuelle et collective face à la sorcellerie, puisant sa force dans sa dimension discursive autant que dans la performance rituelle et corporelle. Lire la suite

Penser la sorcellerie en Afrique

Mis en avant

Penser la sorcellerie en Afrique, Éditions Hermann, mars 2015

Couverture-HermannLa sorcellerie a pris dans l’Afrique contemporaine des formes inédites : enfants sorciers, crimes rituels, vols de sexe, possessions diaboliques. Elle ne renvoie plus à un système organisé de croyances et de pratiques mais plutôt à des imaginaires polymorphes suscités par l’insécurité et l’injustice vécues au quotidien. Les faits de violence associés aux affaires de sorcellerie témoignent d’une profonde dérégulation normative et exigent des enquêtes situées qui interrogent les chaînes du soupçon et de l’accusation.  Lire la suite

Sorcellerie et guérison en Centrafrique

Dans le cadre du séminaire de l’Institut des Mondes Africains

(Aix-en-Provence)

Le jeudi 20 mars 2014

Andrea CERIANA MAYNERI (LAHIC, EHESS), Guérisseurs et biomédecins : incertitudes épistémologiques et lutte pour la reconnaissance.

Sandra FANCELLO (IMAf-CNRS), Sorcellerie et délivrance dans trois champs religieux à Bangui.

Lire la suite

Sorcellerie et violence en Afrique : une ethnographie par l’image

 

L’approche de la sorcellerie est l’un des défis les plus délicats à relever pour l’anthropologue, notamment du point de vue de la méthode ethnographique et de la posture de l’observateur observant l’invisible. Les médias africains, audiovisuels locaux et globaux, se font les vecteurs de la violence associée à la sorcellerie, livrant à profusion témoignages, documents et fictions. Le recours à l’image est ainsi directement mis en cause par des pratiques anti-sorcières qui visent à la spectacularisation et à l’exemplification. L’ethnographe est alors amené à s’interroger sur la légitimité de sa posture éthique et méthodologique. Filmer la violence est-il légitime et jusqu’où peut-on filmer ? À quel moment l’ethnologue bascule-t-il de l’observation à la complicité passive face à ces situations extrêmes ? Quels usages, éventuellement pédagogiques, militants, peuvent être faits des vidéos témoignant de telles scènes de violence ? Lire la suite