Economie de la débrouille à Kinshasa

ayimpamComment, dans un contexte de crise économique et sociale durable, les citadins réinventent-ils les moyens de leur survie à Kinshasa ? C’est à cette question que cet ouvrage s’attache à répondre. On y trouve une description ethnographique minutieuse des dispositifs microsociaux qui permettent aux citadins-commerçants d’approvisionner la ville et aux citoyens ordinaires de continuer simplement à vivre. Le livre plonge ainsi le lecteur dans les multiples formes de la « débrouille » qui organisent l’univers du petit commerce dans les marchés de la ville de Kinshasa. Lire la suite

Face à la sorcellerie, un combat spirituel transnational

Dans le cadre des Conférences de l’IMAf Aix-en-Provence

Le 15 avril 2014 à 14 heures

Cette séance est dédiée à la confrontation des travaux récents consacrés à l’un des plus intrigants mouvements religieux de ces dernières années : le Ministère du combat spirituel. Se situant dans la mouvance du réveil pentecôtiste, il est défini par ses fondateurs comme un ministère de délivrance plutôt que comme un ministère pastoral. Lire la suite

Enfants-sorciers, enfants de rues

Dans le cadre du séminaire commun CEMAf-CEAf “Mondes africains”
Sorcellerie et violence en Afrique : une ethnographie par l’image

Le vendredi 13 décembre 2013

Sylvie Ayimpam (CEMAf), « Une jeunesse dans un contexte de précarité et d’insécurité », à propos du film Les enfants du Diable (RDC)

Andrea Ceriana Mayneri (UCL) « Enfance, abandon et sorcellerie à Bangui » à propos de Enfants-sorciers, un film de Hans Bouma. Lire la suite

Présentation de l’ouvrage : Sorcellerie et violence en Afrique

Dans plusieurs pays africains la croyance à la sorcellerie se traduit par des accusations, des stigmatisations, des violences, des procès judiciaires et parfois, par de lourdes condamnations. Des églises aux tribunaux, être désigné comme « sorcier » impute à la personne accusée une capacité de nuire et l’assigne à une déchéance d’humanité. De l’espace villageois à l’espace urbain, de l’espace privé à l’espace public, les flambées de violences accusatrices ont un caractère quasi épidémiologique allant jusqu’à mettre en cause le fonctionnement de l’État et de ses institutions. Lire la suite