Images et sorcellerie en Afrique

Dans le cadre du séminaire « Images de la violence et violence des images » 

cc358ac16f675cb62ac9059f82344422_video
Jeudi 5 février :
André Mary (IIAC), La fabrique en images d’un crime rituel au Gabon.
Sandra Fancello (IMAf), Sorcellerie, lynchage et « tradition » sur le Net. Lire la suite

Présentation de l’ouvrage : Sorcellerie et violence en Afrique

Dans plusieurs pays africains la croyance à la sorcellerie se traduit par des accusations, des stigmatisations, des violences, des procès judiciaires et parfois, par de lourdes condamnations. Des églises aux tribunaux, être désigné comme « sorcier » impute à la personne accusée une capacité de nuire et l’assigne à une déchéance d’humanité. De l’espace villageois à l’espace urbain, de l’espace privé à l’espace public, les flambées de violences accusatrices ont un caractère quasi épidémiologique allant jusqu’à mettre en cause le fonctionnement de l’État et de ses institutions. Lire la suite

Publications

Publications des membres du programme

Vient de paraître:

CERIANA MAYNERI Andrea, 2014, Sorcellerie et prophétisme en Centrafrique, Paris, Karthala.

MARTINELLI B., BOUJU J. (éds.), 2012, Sorcellerie et violence en Afrique, Paris, Karthala.

avec les contributions de Bruno Martinelli, Sandra Fancello, Julien Bonhomme, Roberto Beneduce, Sylvie Ayimpam, Andrea Ceriana-Mayneri, Gervais Ngovon & Aleksandra Cimpric. Lire la suite

Le projet de recherche

Dans certaines régions d’Afrique, les « affaires de sorcellerie » et la chaîne de violences qui conduit du soupçon, ou de la rumeur, à l’accusation publique jusqu’au passage à l’acte (meurtre, lynchage), prennent aujourd’hui une dimension alarmante. Loin d’être une dimension exotique ou anachronique des crises sociétales africaines, ces faits mettent en cause le fonctionnement de l’État et de ses institutions dans le contexte de la modernité. De l’espace villageois à l’espace urbain, de l’espace privé à l’espace public, l’exploitation médiatique et politique de ces flambées de violences accusatrices leur confère un caractère quasi épidémiologique. La fluidité du phénomène est accentuée par le fait qu’on n’a plus à faire à des accusations socialement circonscrites et régulées, exutoires des tensions sociales liées aux clivages connus (hommes/femmes, vieux/jeunes, parents/alliés, riches/pauvres). La dérégulation normative liée en partie au désengagement de l’État installe l’insécurité et l’incertitude au coeur de la vie sociale et atteint les rapports intrafamiliaux, les relations de voisinage et de cohabitation, de générations et de genre, et plus globalement l’économie morale des entreprises et la légitimité des institutions. Lire la suite