Colloque international « Face à la sorcellerie », Paris 13-15 juin

En clôture du programme ANR « l’État et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine. Violence, justice et droits de l’Homme » (EInSA 2012-2016)

IMG_3851Dans certaines régions d’Afrique, les « affaires de sorcellerie » et la chaîne de violences qui conduit du soupçon, ou de la rumeur, à l’accusation publique jusqu’au passage à l’acte (meurtre, lynchage), prennent aujourd’hui une dimension alarmante. Les accusations peuvent cependant être portées devant les institutions légales car dans les systèmes judiciaires de ces pays africains, la « pratique de sorcellerie », associée à la « magie » et au « charlatanisme », est définie et sanctionnée en tant que délit ou crime par des articles des Codes pénaux introduits par l’autorité coloniale au milieu du XXe siècle et conservés, renforcés par les systèmes judiciaires postcoloniaux. Lire la suite

Hommage à Bruno Martinelli

journées d’étude : de la transmission des savoir-faire au traitement des affaires:   Le forgeron, le juge et l’ethnologue.

Les 21 et 22 mai 2015 à la MMSH d’Aix-en-Provence

20150114_114949 (2)Bruno Martinelli, professeur d’anthropologie à l’université d’Aix-Marseille et chercheur à l’IMAf, nous a quittés le 12 octobre 2014, la maladie mettant subitement un terme à la présence et à l’œuvre de notre collègue. Bruno Martinelli était un chercheur entrepreneur qui connaissait remarquablement chacun des terrains qu’il a investis et les chantiers de formation qu’il a ouverts (Togo, Burkina Faso, Mali, et plus tard, Centrafrique et Tchad). Lire la suite

Présentation de l’ouvrage : Sorcellerie et violence en Afrique

Dans plusieurs pays africains la croyance à la sorcellerie se traduit par des accusations, des stigmatisations, des violences, des procès judiciaires et parfois, par de lourdes condamnations. Des églises aux tribunaux, être désigné comme « sorcier » impute à la personne accusée une capacité de nuire et l’assigne à une déchéance d’humanité. De l’espace villageois à l’espace urbain, de l’espace privé à l’espace public, les flambées de violences accusatrices ont un caractère quasi épidémiologique allant jusqu’à mettre en cause le fonctionnement de l’État et de ses institutions. Lire la suite

Le projet de recherche

Dans certaines régions d’Afrique, les « affaires de sorcellerie » et la chaîne de violences qui conduit du soupçon, ou de la rumeur, à l’accusation publique jusqu’au passage à l’acte (meurtre, lynchage), prennent aujourd’hui une dimension alarmante. Loin d’être une dimension exotique ou anachronique des crises sociétales africaines, ces faits mettent en cause le fonctionnement de l’État et de ses institutions dans le contexte de la modernité. De l’espace villageois à l’espace urbain, de l’espace privé à l’espace public, l’exploitation médiatique et politique de ces flambées de violences accusatrices leur confère un caractère quasi épidémiologique. La fluidité du phénomène est accentuée par le fait qu’on n’a plus à faire à des accusations socialement circonscrites et régulées, exutoires des tensions sociales liées aux clivages connus (hommes/femmes, vieux/jeunes, parents/alliés, riches/pauvres). La dérégulation normative liée en partie au désengagement de l’État installe l’insécurité et l’incertitude au coeur de la vie sociale et atteint les rapports intrafamiliaux, les relations de voisinage et de cohabitation, de générations et de genre, et plus globalement l’économie morale des entreprises et la légitimité des institutions. Lire la suite

Logiques de l’accusation dans le cadre institutionnel

Les recherches engagées au sein de cet axe se focaliseront sur les dynamiques sociales de la parole accusatrice et les chaînes d’escalade de la stigmatisation, de l’imputation et de l’accusation dans plusieurs cadres institutionnels : justice, police, associations, entreprises. Elles poseront explicitement le problème des droits de l’homme par rapports aux faits répressifs consécutifs aux accusations de sorcellerie (Ter Haar, 2007). L’accusation, moment clé, du processus social, sera étudiée à travers la diversité de ses expressions symboliques, de ses modalités pratiques, de ses codifications, de ses acteurs et de ses scénographies. Ainsi, l’entrée des « affaires de sorcellerie » dans les cours de justice en Afrique n’est pas un phénomène nouveau (Fisiy, 1990 ; Fisiy & Geischiere, 1990 ; Raynal, 1994). Le scénario change de nature et d’enjeu lorsque le plaignant (ou la famille) qui se dit victime de « sorcellerie » voit sa plainte reconnue en droit par la cour de justice pénale et que le soupçon porté sur les personnes « coupables » se transmue en accusation en bonne et due forme, assortie de sanction, par la médiation de quelque tradipraticien, « témoin à charge » ou expert des choses cachées, visionnaires de ces actes par définition invisibles. La transformation d’une affaire de sorcellerie en « affaire pénale » suppose une accusation publique portée par un magistrat, intervenant au nom des valeurs et des normes de la société mises en cause par le prévenu. Lire la suite