Sorcellerie et maladie

Dans le cadre du séminaire “Mondes africains”

Sorcellerie et violence en Afrique : une ethnographie par l’image

Le vendredi 14 mars 2014

Alain Epelboin (MNHN), autour du film Ebola, ce n’est pas une maladie pour rire de A. Epelboin, F. Brunquell & P. Formenty.

 Parfait D. Akana (IIAC), Sorcellerie et folie dans les téléfilms camerounais à propos de Gros cœur de Parfait Zambo et de Qui cherche trouve.

 

Lire la suite

Sorcellerie et violence en Afrique : une ethnographie par l’image

 

L’approche de la sorcellerie est l’un des défis les plus délicats à relever pour l’anthropologue, notamment du point de vue de la méthode ethnographique et de la posture de l’observateur observant l’invisible. Les médias africains, audiovisuels locaux et globaux, se font les vecteurs de la violence associée à la sorcellerie, livrant à profusion témoignages, documents et fictions. Le recours à l’image est ainsi directement mis en cause par des pratiques anti-sorcières qui visent à la spectacularisation et à l’exemplification. L’ethnographe est alors amené à s’interroger sur la légitimité de sa posture éthique et méthodologique. Filmer la violence est-il légitime et jusqu’où peut-on filmer ? À quel moment l’ethnologue bascule-t-il de l’observation à la complicité passive face à ces situations extrêmes ? Quels usages, éventuellement pédagogiques, militants, peuvent être faits des vidéos témoignant de telles scènes de violence ? Lire la suite