6e Conférence européenne des études africaines (appel à communications)

Paris, 8-10 juillet 2015

Mobilisations collectives en Afrique : contestations, résistances et révoltes

Au bord de l’Oubangui le jour de la fête nationale centrafricaine, Bangui, 1er décembre 2012         (S. Fancello)

Les membres du programme EInSA proposent plusieurs panels. L’appel à communications est ouvert jusqu’au 15 janvier 2015. Voir les panels.

Refugees’ and Asylum Seekers’ Experience: Terror of Witchcraft, Cultural Memories, and Bureaucratic Violence

Ceriana Mayneri Andrea / Institut des mondes africains (IMAF) 
Beneduce Roberto / University of Turin

Ce panel voudrait interroger la place de la sorcellerie dans les trajectoires et les récits de réfugiés et de demandeurs d’asile. En Afrique et ailleurs, les représentations de la sorcellerie se sont entremêlées aux ressentiments qui pèsent sur les communautés déplacées et les relations des individus. Devant les institutions du « gouvernement humanitaire », comment des réfugiés peuvent-ils rendre « crédibles » les menaces de la sorcellerie ou amener les preuves des « armes mystiques » qu’ils sentent peser sur eux ? La peur d’être persécuté par les personnes les plus proches émerge souvent dans leurs narrations sous forme de cauchemars ou d’« animaux » habitant leurs corps : pour les demandeurs d’asile, la nécessité de traduire ces images devant les professionnels de l’humanitaire constitue un obstacle supplémentaire dans leur effort visant à remplir les critères d’éligibilité établis par les lois sur la Protection Internationale. Les concepts de « plausibilité » et de « cohérence », au cœur de l’idée d’une narration crédible, insistant sur un modèle d’« Homme rationnel » s’estompent devant ces expressions de l’expérience traumatique et témoignent d’autres formes de moralité. À partir de terrains divers (en Afrique et en Europe) ce panel voudrait interroger la construction politique d’un Sujet Humanitaire et de « régimes de mémoire » à partir d’une interrogation plus fondamentale : comment les réfugiés se souviennent-ils et mettent-ils en récit leurs expériences ?

Proposer une communication>>>

Politique de la délivrance et guerre spirituelle des pentecôtistes en Afrique

Gusman Alessandro / University of Turin (Italy) 
Fancello Sandra / CNRS, IMAf (France)

Avec le succès des églises pentecôtistes et des centres de délivrance, la lutte contre les «forces du mal» est devenue un thème de mobilisation dans l’Afrique contemporaine. Le discours sur l’omniprésence de la sorcellerie dans les sphères de la vie quotidienne, alimenté par le «marché de la guérison», contribue à renforcer l’imaginaire de la persécution par les autres, proches ou lointains, le pentecôtisme constituant une forme paradoxale et alternative de discours sorcellaire. La délivrance pentecôtiste se présente comme une ressource individuelle et collective face à la sorcellerie, puisant sa force dans sa dimension discursive autant que dans la performance rituelle et corporelle. La libération du Mal est devenue également un thème politique récurrent dans les discours des chefs d’État africains (de Gbagbo à Bozizé ou Museveni) qui appellent à « guérir la nation » par une chasse aux sorciers (les migrants, les musulmans, les homosexuels, etc.) et une « guerre spirituelle » qui n’est pas toujours métaphorique. Le discours politique de la mobilisation contre la sorcellerie vise en réalité à masquer de désengagement des États par une rhétorique de la victimisation collective. L’atelier propose une réflexion sur les ressorts de la politique de délivrance du discours pentecôtiste au regard de la situation d’«epistemic anxiety» des sociétés africaines actuelles. L’atelier accueille contributions basées sur des recherches ethnographiques en Afrique ou dans la diaspora.

Proposer une communication>>>