Centrafrique : le calvaire des réfugiés musulmans au Tchad, au Cameroun et en RDC

Mis en avant

http://www.jeuneafrique.com/photos/082014/001082014110012000000bangui.jpgPlus de 500 000 personnes ont été déplacées en raison de la crise centrafricaine, selon Médecins sans frontières (MSF). Dans un rapport alarmant, l’ONG dénonce le désastre humanitaire que subissent les réfugiés musulmans, avant et pendant leur exode dans les pays voisins. Lire la suite

La mémoire de la violence en Centrafrique

Mis en avant

2013 fut l’année de toutes les formes de violence et de danger pour les centrafricains. Parvenue au pouvoir, la Seleka instaura un régime de répression qui légitimait les exactions et les pillages des rebelles sur l’ensemble de la population. Leur répondant par une violence terroriste antimusulmane, des groupes armés anti-balaka, opérant dans la capitale comme dans les villages, commirent des massacres qui entrainèrent la fuite de plus de cent milles musulmans vers les pays voisins et le déplacement de plus de la moitié de la population de Bangui vers des camps, sous la protection des églises et des militaires étrangers. Contrairement à ce que déclarent la plupart des acteurs et des commentateurs de la situation centrafricaine actuelle, je ne pense pas que les violences des milices anti-balaka s’expliquent seulement comme une réponse aux violences commises par les seleka durant l’année 2013. L’omniprésence du langage de la haine associé à des actes collectifs exige de remonter plus loin dans le passé vers les traces de faits antérieurs en sachant qu’en l’état actuel des connaissances, il est improbable d’en découvrir les origines. Il faut se contenter d’en saisir les séquences les plus récentes. Lire la suite

“Cannibalism” and Power: Violence, Mass Media, and the Conflict in the Central African Republic

Mis en avant

The crisis in the Central African Republic is contributing to the reactivation of a longstanding mixture of memories, fears, and resentments among the population, which have been exacerbated by the more recent violence. Thus, the opposition between autochthonous Central Africans and foreign Muslims echoes the complex relations that have connected the Central African populations and the Muslim traders along the former slave-trading frontiers of Chad and Sudan since the nineteenth century. But the political exploitation of this historical and geographical border, and the exploitation of ethnic and religious identities, is reinforced by the widespread perception of an economic and cultural impoverishment. This impoverishment is seen as the effect of political forces and communities that have been exploiting the wealth of the country from the nineteenth century to the present day, leaving the population weaker and dispossessed of its past strength and wealth. In this piece, I examine the politics of a widely reported, infamous act of cannibalism in Bangui in January and show how it expresses the re-invigoration of a conception of power and strength that many Central Africans have felt their long history of exploitation has eviscerated. Lire la suite

EASA 2014: Association Européenne des Anthropologues sociaux

Talinn, 31 juillet – 3 août 2014

EASA2014: Collaboration, Intimacy & Revolution

Sylvie Ayimpam, Andrea Ceriana Mayneri, Maixant Mébiame-Zomo, Roberto Beneduce, Jacky Bouju, Mirjam de Bruijn, membres du programme ANR EInSA, participeront à la Conférence européenne des anthropologues sociaux, dans le panel intitulé : Conflicts and social violence in an interconnected and uncertain world. Lire la suite

ECAS 2015 : 6e CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES ÉTUDES AFRICAINES (appel à panels)

Paris, 8-10 juillet 2015

Mobilisations collectives en Afrique : contestations, résistances et révoltes

Le tournant historique des « révolutions » arabes dont les répercussions se manifestent largement en Afrique sahélienne, les diverses modalités de dénonciation de la « vie chère » ou les mobilisations autour des enjeux liés à la citoyenneté ou aux différentes formes de renouveau religieux semblent attester d’une profonde recomposition du politique en Afrique. Ces formes contemporaines de la contestation ont mis sur le devant de la scène de nouveaux acteurs au croisement de dynamiques locales et globales. Ces mobilisations récentes nous invitent à penser une histoire longue de la contestation, du ralliement, de la prise de parole et de l’engagement en Afrique, et à renouveler par exemple notre regard sur les jihads, les révoltes d’esclaves, les conversions de masse ou les conflits dynastiques. Mais aussi à interroger d’une manière nouvelle la trajectoire sociale des acteurs et des actrices des expressions contestataires ainsi que les réponses des pouvoirs politiques à celles-ci. Au-delà des phénomènes de crises, il s’agit de s’intéresser plus généralement aux répertoires d’actions collectives, aux modes de transgression et de subversion, aux arènes du militantisme et aux statuts sociaux, générationnels et de genre. Lire la suite

Vient de paraître : Economie de la débrouille à Kinshasa

Comment, dans un contexte de crise économique et sociale durable, les citadins réinventent-ils les moyens de leur survie à Kinshasa ? C’est à cette question que cet ouvrage s’attache à répondre. On y trouve une description ethnographique minutieuse des dispositifs microsociaux qui permettent aux citadins-commerçants d’approvisionner la ville et aux citoyens ordinaires de continuer simplement à vivre. Le livre plonge ainsi le lecteur dans les multiples formes de la « débrouille » qui organisent l’univers du petit commerce dans les marchés de la ville de Kinshasa. Lire la suite

Vient de paraître : Ordinary Violence and Social Change in Africa

Jacky Bouju, Aix-Marseille University and Mirjam de Bruijn, Leiden University and African Studies Centre Leiden (eds.)

Ordinary social violence, – i.e. recurrent mental or physical aggression occurring between closely related people – structures social relationships in Africa, and in the world. Studies of violence in Africa often refer to ethnic wars and explicit conflicts and do not enter the hidden domain of violence that this book reveals through in-depth anthropological studies from different parts and contexts in Africa. Ordinary violence has its distinctive forms embedded in specific histories and cultures. It is gendered, implicates witchcraft accusations, varies in rural and urban contexts, relates to demographic and socio-economic changes of the past decades and is embedded in the everyday life of many African citizens. The experience of ordinary violence goes beyond the simple notion of victimhood; instead it structures social life and should therefore be a compelling part of the study of social change. Lire la suite