Images de la violence et violence des images

Mis en avant

Séminaire “Mondes Africains” coordonné par Bruno Martinelli, Sandra Fancello et Jean-Claude Penrad, à l’EHESS, Paris (programme à venir)

Le thème de la violence et de son exposition par les images  animées  a été approché l’an passé sous l’angle particulier de la sorcellerie en Afrique, considérée comme l’un des défis à relever par les anthropologues sur le plan des méthodes, sur celui des écritures visuelles relatant une part d’invisible, comme sur celui des questions éthiques. Nous proposons cette année d’étendre notre travail à d’autres expressions de la violence en Afrique, notamment celles, politiques, impliquant des échelles différentes, entre local et global, et des modes de diffusion allant d’usages académiques plus ou moins confidentiels, à des réalisations fictionnelles, en passant par des productions documentaires ou journalistiques largement relayées. Cependant, nous considérons aussi que la production d’un savoir ou plus modestement de récits visuels, sur la violence, participe également  à l’expression d’autres facettes de la violence, perceptibles dans les réceptions diverses auprès des « spectateurs », dans les constructions mémorielles conflictuelles, dans les « effets retour » pour les personnes filmées, ou dans les postures éthiques des réalisateurs, pour ne citer que ces quelques développements. C’est donc autant les pratiques de recherche et de réalisation visuelle que les usages qui en sont faits (ou induits) qui orienteront nos présentations et nos débats. Lire la suite

La mémoire de la violence en Centrafrique

Mis en avant

2013 fut l’année de toutes les formes de violence et de danger pour les centrafricains. Parvenue au pouvoir, la Seleka instaura un régime de répression qui légitimait les exactions et les pillages des rebelles sur l’ensemble de la population. Leur répondant par une violence terroriste antimusulmane, des groupes armés anti-balaka, opérant dans la capitale comme dans les villages, commirent des massacres qui entrainèrent la fuite de plus de cent milles musulmans vers les pays voisins et le déplacement de plus de la moitié de la population de Bangui vers des camps, sous la protection des églises et des militaires étrangers. Contrairement à ce que déclarent la plupart des acteurs et des commentateurs de la situation centrafricaine actuelle, je ne pense pas que les violences des milices anti-balaka s’expliquent seulement comme une réponse aux violences commises par les seleka durant l’année 2013. L’omniprésence du langage de la haine associé à des actes collectifs exige de remonter plus loin dans le passé vers les traces de faits antérieurs en sachant qu’en l’état actuel des connaissances, il est improbable d’en découvrir les origines. Il faut se contenter d’en saisir les séquences les plus récentes. Lire la suite

Centrafrique : le calvaire des réfugiés musulmans au Tchad, au Cameroun et en RDC

http://www.jeuneafrique.com/photos/082014/001082014110012000000bangui.jpgPlus de 500 000 personnes ont été déplacées en raison de la crise centrafricaine, selon Médecins sans frontières (MSF). Dans un rapport alarmant, l’ONG dénonce le désastre humanitaire que subissent les réfugiés musulmans, avant et pendant leur exode dans les pays voisins. Lire la suite

EASA 2014: Association Européenne des Anthropologues sociaux

Talinn, 31 juillet – 3 août 2014

EASA2014: Collaboration, Intimacy & Revolution

Sylvie Ayimpam, Andrea Ceriana Mayneri, Maixant Mébiame-Zomo, Roberto Beneduce, Jacky Bouju, Mirjam de Bruijn, membres du programme ANR EInSA, participeront à la Conférence européenne des anthropologues sociaux, dans le panel intitulé : Conflicts and social violence in an interconnected and uncertain world. Lire la suite

ECAS 2015 : 6e CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES ÉTUDES AFRICAINES (appel à panels)

Paris, 8-10 juillet 2015

Mobilisations collectives en Afrique : contestations, résistances et révoltes

Le tournant historique des « révolutions » arabes dont les répercussions se manifestent largement en Afrique sahélienne, les diverses modalités de dénonciation de la « vie chère » ou les mobilisations autour des enjeux liés à la citoyenneté ou aux différentes formes de renouveau religieux semblent attester d’une profonde recomposition du politique en Afrique. Ces formes contemporaines de la contestation ont mis sur le devant de la scène de nouveaux acteurs au croisement de dynamiques locales et globales. Ces mobilisations récentes nous invitent à penser une histoire longue de la contestation, du ralliement, de la prise de parole et de l’engagement en Afrique, et à renouveler par exemple notre regard sur les jihads, les révoltes d’esclaves, les conversions de masse ou les conflits dynastiques. Mais aussi à interroger d’une manière nouvelle la trajectoire sociale des acteurs et des actrices des expressions contestataires ainsi que les réponses des pouvoirs politiques à celles-ci. Au-delà des phénomènes de crises, il s’agit de s’intéresser plus généralement aux répertoires d’actions collectives, aux modes de transgression et de subversion, aux arènes du militantisme et aux statuts sociaux, générationnels et de genre. Lire la suite