La violence de la vie quotidienne à Libreville

Mis en avant

LA VIOLENCE DE LA VIE QUOTIDIENNE À LIBREVILLE, Academia, 2016

9782806103079r

Sous la direction d’Alice Ateranius-Owanga, Maixant Mebiame-Zomo et Joseph Tonda.
Academia-L’Harmattan, collection Investigations d’anthropologie prospective.

Cet ouvrage offre une micro-analyse du quotidien des habitants de Libreville, en s’attachant à une dimension incontournable des échanges et des pratiques qui s’y donnent à voir : leur violence. Les articles examinent cette violence ordinaire et latente de la vie quotidienne à Libreville, démontrant comment violence des rapports sociaux, violence des institutions et violence de l’invisible s’entrecroisent. Lire la suite

Religions, guérisons et forces occultes en Afrique

Mis en avant

Religions, guérisons et forces occultes. Le regard d’Eric de Rosny, Sous la direction de gilles seraphin, Paris, Éditions Karthala, 2016

Sans-titre-1En apparence, rien ne destinait Éric de Rosny (1930-2012) à cette vie d’exploration passionnée dans plusieurs territoires éloignés. Né au sein d’une famille de vieille noblesse française, il intègre dès ses 19 ans la Compagnie de Jésus. Celle-ci l’enverra en Afrique, essentiellement au Cameroun, où il exercera plusieurs responsabilités. Dès son arrivée à Douala, en 1957, ce jeune enseignant est vite intrigué. Ses élèves font fréquemment allusion à la « sorcellerie ». En visiteur, curieux mais respectueux, il rencontre, lie amitié, assiste à des cérémonies. Il s’initie à la langue, observe, questionne. Sur les pas de Din, un nganga (guérisseur) qui lui «ouvre les yeux », il est initié aux mystères du monde invisible et aux rites de guérison traditionnels. Lire la suite

Figures prophétiques et chants révélés dans le Réveil évangélique du Congo

SOUTENANCE DE THÈSE DE BERNARD COYAULT LE 12 DÉCEMBRE 2015

IMGP7435 (2)

Séance de prière au Centre thérapeutique de la paroisse EEC de Mayangui, Brazzaville, 2007 (Photo B. Coyault).

Daniel Ndoundou (1911-1986), prophète congolais méconnu et pasteur de l’Église Évangélique du Congo, a dirigé durant 38 ans un mouvement dont l’impact populaire a largement débordé le cadre de son Église. Ce « Réveil de 1947 » (ou nsikumusu), qui avait débuté parmi les élèves pasteurs et instituteurs de la station missionnaire de Ngouedi au sud du Congo Brazzaville, s’inscrit dans l’héritage des prophétismes Kongo. A la mort du prophète, resté sans successeur, le mouvement s’est perpétué par un phénomène de fragmentation, avec l’émergence et la multiplication de figures prophétiques locales et anonymes qui, jusqu’à aujourd’hui, reproduisent et enrichissent la matrice prophétique initiale.  Lire la suite

Pentecôtismes et violence du discours sorcellaire au Cameroun

SOUTENANCE DE THÈSE DE SARIETTE BATIBONAK LE 16 DÉCEMBRE 2015

thèse-sarietteA partir d’enquêtes menées entre 2010 et 2015, Sariette Batibonak analyse le discours anti-sorcellerie diffusé dans les Églises pentecôtistes au Cameroun depuis le début des années 1990. Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’étude du pentecôtisme en général mais de comprendre le rôle des prédicateurs dans la radicalisation de la lutte contre la sorcellerie au Cameroun, tandis que l’expansion du pentecôtisme se nourrit de cette rhétorique anti-sorcellerie dont le succès populaire n’est pas entamé par les images de violence qu’elle contribue à véhiculer. Lire la suite

Politique de la délivrance et guerre spirituelle des pentecôtistes en Afrique

6e Conférence européenne des études africaines, paris, juillet 2015

ECAS-logo-AfriqueAvec le succès des églises pentecôtistes et des centres de délivrance, la lutte contre les «forces du mal» est devenue un thème de mobilisation dans l’Afrique contemporaine. Le discours sur l’omniprésence de la sorcellerie dans les sphères de la vie quotidienne, alimenté par le «marché de la guérison», contribue à renforcer l’imaginaire de la persécution par les autres, proches ou lointains, le pentecôtisme constituant une forme paradoxale et alternative de discours sorcellaire. La délivrance pentecôtiste se présente comme une ressource individuelle et collective face à la sorcellerie, puisant sa force dans sa dimension discursive autant que dans la performance rituelle et corporelle. Lire la suite