Le forgeron, le juge et l’ethnologue: autour de Bruno Martinelli

Mis en avant

Journal des africanistes 88 (2), décembre 2018

Coordonné par Sandra Fancello & André Mary

Professeur d’anthropologie à l’université d’Aix-Marseille et chercheur à l’Institut des mondes africains, Bruno Martinelli était avant tout un chercheur passionné dont l’investissement en toutes choses reste marqué par l’énergie et la ténacité : l’enseignement, la formation à la recherche, ses terrains ethnographiques et la coopération interuniversitaire entre la France et l’Afrique1. Moins familier des lieux de publicité et de valorisation, il concevait la recherche comme une œuvre à partager et à transmettre, « bonne à penser » et destinée à instruire, sans grand profit pour lui-même. Ce dossier entend retracer et prolonger les sillons qu’il a creusés et qui ont façonné son œuvre ethnographique. Continuer la lecture

Face à la sorcellerie

Mis en avant

Cahiers d’études africaines, n°231-232, 2018

Coordonné par Sandra Fancello & Julien Bonhomme

La sorcellerie n’est pas seulement une affaire privée qui se joue au sein des familles, elle concerne également les institutions jusqu’au cœur même de l’État. Celles-ci se retrouvent de plus en plus souvent prises dans le cercle mortifère des rumeurs, accusations et violences, quand elles ne participent pas elles-mêmes à l’expansion du schème d’interprétation sorcellaire. Devant ce constat, ce numéro examine à travers une série d’études de cas comment les institutions et leurs acteurs font face à la sorcellerie. Centrées sur l’analyse des dynamiques de l’imputation et de la stigmatisation, les contributions portent aussi bien sur les institutions les plus centrales de l’État (la justice, nationale mais aussi internationale, la police, l’école) que sur les institutions sanitaires, religieuses et sportives ou encore les médias. Continuer la lecture

Pentecôtistes en Ouganda. Générations, Sida et moralité

Mis en avant

Alessandro Gusman, Pentecôtistes en Ouganda, Paris, Karthala, avril 2018

Ces trente dernières années, la mouvance pentecôtiste s’est rapidement imposée en Ouganda, avec des méthodes d’expansion et d’évangélisation agressives, se fondant sur la nécessité d’agir pour libérer et «purifier » les individus et la société ougandaise. En l’espace de quelques décennies, les pentecôtistes sont devenus une force en mesure de peser sur les décisions politiques, notamment en matière de prévention du Sida, et de modifier de manière significative les représentations morales liées à la sexualité, aux relations familiales et aux rapports entre les générations. Continuer la lecture

L’offrande de la mort. Une rumeur au Sénégal

Mis en avant

L’offrande de la mort. Une rumeur au Sénégal, par Julien Bonhomme et Julien Bondaz, aux éditions CNRS, 2017.

Sénégal, janvier 2010 : un mystérieux personnage à bord d’une voiture distribuerait des offrandes de viande et d’argent qui tueraient ceux qui les acceptent. Pendant une quinzaine de jours, cette étrange rumeur circule dans tout le pays, fait la une de l’actualité et provoque plusieurs incidents : des personnes sont accusées d’être le « tueur charitable» et prises à partie par la foule. Parce qu’elle perturbe le cours ordinaire des choses et déstabilise les évidences du sens commun, cette rumeur d’offrande de la mort offre une entrée originale pour étudier des faits sociaux de plus grande ampleur. Continuer la lecture

La violence de la vie quotidienne à Libreville

Mis en avant

LA VIOLENCE DE LA VIE QUOTIDIENNE À LIBREVILLE, Academia, 2016

9782806103079r

Sous la direction d’Alice Ateranius-Owanga, Maixant Mebiame-Zomo et Joseph Tonda.
Academia-L’Harmattan, collection Investigations d’anthropologie prospective.

Cet ouvrage offre une micro-analyse du quotidien des habitants de Libreville, en s’attachant à une dimension incontournable des échanges et des pratiques qui s’y donnent à voir : leur violence. Les articles examinent cette violence ordinaire et latente de la vie quotidienne à Libreville, démontrant comment violence des rapports sociaux, violence des institutions et violence de l’invisible s’entrecroisent. Continuer la lecture

Religions, guérisons et forces occultes en Afrique

Mis en avant

Religions, guérisons et forces occultes. Le regard d’Eric de Rosny, Sous la direction de gilles seraphin, Paris, Éditions Karthala, 2016

Sans-titre-1En apparence, rien ne destinait Éric de Rosny (1930-2012) à cette vie d’exploration passionnée dans plusieurs territoires éloignés. Né au sein d’une famille de vieille noblesse française, il intègre dès ses 19 ans la Compagnie de Jésus. Celle-ci l’enverra en Afrique, essentiellement au Cameroun, où il exercera plusieurs responsabilités. Dès son arrivée à Douala, en 1957, ce jeune enseignant est vite intrigué. Ses élèves font fréquemment allusion à la « sorcellerie ». En visiteur, curieux mais respectueux, il rencontre, lie amitié, assiste à des cérémonies. Il s’initie à la langue, observe, questionne. Sur les pas de Din, un nganga (guérisseur) qui lui «ouvre les yeux », il est initié aux mystères du monde invisible et aux rites de guérison traditionnels. Continuer la lecture

Penser la sorcellerie en Afrique

Mis en avant

Penser la sorcellerie en Afrique, Éditions Hermann, mars 2015

Couverture-HermannLa sorcellerie a pris dans l’Afrique contemporaine des formes inédites : enfants sorciers, crimes rituels, vols de sexe, possessions diaboliques. Elle ne renvoie plus à un système organisé de croyances et de pratiques mais plutôt à des imaginaires polymorphes suscités par l’insécurité et l’injustice vécues au quotidien. Les faits de violence associés aux affaires de sorcellerie témoignent d’une profonde dérégulation normative et exigent des enquêtes situées qui interrogent les chaînes du soupçon et de l’accusation.  Continuer la lecture

Afriques enchantées, Afriques en chantiers / Les Afriques en débat

Du 9 au 12 juillet auront lieu à Marseille, les 5èmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF) sur le thème “Afriques enchantées, Afriques en chantiers”, conjointement avec les 4èmes Rencontres des Jeunes Chercheurs en Études Africaines (JCEA) sur le thème “Les Afriques en débat” sur le campus Saint-Charles de l’Université d’Aix-Marseille.

Informations pratiques sur https://jcea2018.sciencesconf.org et sur http://reaf2018.sciencesconf.org 

Continuer la lecture

JCEA 2018 : Les Afriques en débat

Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études africaines, du 9 au 12 juillet 2018 Université d’Aix-Marseille, campus Saint Charles, Marseille, France

Depuis leur première édition en janvier 2013, les JCEA ont vocation à réunir des jeunes chercheur.e.s et docteur.e.s travaillant sur des terrains africains ou liés, historiquement, géographiquement ou politiquement, au continent. En proposant un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s, les JCEA invitent à dépasser les barrières disciplinaires qui structurent encore largement les recherches africanistes. Elles aspirent à faire dialoguer toutes les disciplines des sciences humaines et sociales afin de décrire l’histoire complexe, ancienne et contemporaine, des Afriques. Elles entendent également constituer un lieu d’échanges et de débats rassemblant les jeunes chercheur.e.s, parfois isolé.e.s ou travaillant dans des laboratoires bien souvent non africanistes.

Continuer la lecture