Présentation de l’ouvrage : Sorcellerie et violence en Afrique

Dans plusieurs pays africains la croyance à la sorcellerie se traduit par des accusations, des stigmatisations, des violences, des procès judiciaires et parfois, par de lourdes condamnations. Des églises aux tribunaux, être désigné comme « sorcier » impute à la personne accusée une capacité de nuire et l’assigne à une déchéance d’humanité. De l’espace villageois à l’espace urbain, de l’espace privé à l’espace public, les flambées de violences accusatrices ont un caractère quasi épidémiologique allant jusqu’à mettre en cause le fonctionnement de l’État et de ses institutions.

Sorcellerie et violence en Afrique
Martinelli B. & Bouju J. (éds.)
Paris, Karthala, 2012.

avec les contributions de Bruno Martinelli, Sandra Fancello, Filip de Boeck, Julien Bonhomme, Roberto Beneduce, Sylvie Ayimpam, Andrea Ceriana, Gervais Ngovon & Aleksandra Cimpric.

Séance de présentation de l’ouvrage le jeudi 17 janvier 2013 dans le cadre du séminaire du CEMAf-Aix (coordonné par C. Atlan et S. Fancello), en compagnie des auteurs : B. Martinelli, J. Bouju, S. Fancello, S. Ayimpam, Roberto Beneduce, A. Mary (discutant), Fabio Viti (discutant).

MMSH, salle G. Duby, 
de 14h à 17h 
Séminaire du CEMAf-Aix
voir le programme


Quatrième de couverture:

Dans plusieurs pays africains la croyance à la sorcellerie se traduit par des accusations, des stigmatisations, des violences, des procès judiciaires et parfois, par de lourdes condamnations. Des églises aux tribunaux, être désigné comme « sorcier » impute à la personne accusée une capacité de nuire et l’assigne à une déchéance d’humanité. De l’espace villageois à l’espace urbain, de l’espace privé à l’espace public, les flambées de violences accusatrices ont un caractère quasi épidémiologique allant jusqu’à mettre en cause le fonctionnement de l’État et de ses institutions.

Cet ouvrage fait le choix d’aborder la question de la sorcellerie sur le terrain de la violence qu’elle engendre. La question de savoir si la violence sociale déployée autour de la sorcellerie est une forme de coercition (légitime) ou une forme de violence (illégitime) fait aujourd’hui débat dans la plupart des sociétés africaines. Pour tout le monde, la sorcellerie engendre la violence, que ce soit la violence du présumé sorcier qui se nourrirait de l’énergie vitale d’une personne, ou la violence des accusateurs, des pasteurs-prophètes, des forces de l’ordre ou de la vindicte populaire à l’encontre des accusés. Les hésitations des autorités pour juger de quel côté, de l’accusation ou de l’accusé, se situe la violence font écho au grand partage qui s’est établi depuis l’époque coloniale entre les croyances populaires à la sorcellerie et les jugements de Loi.

A partir d’études de terrain menées au cours de la dernière décennie de manière comparative dans plusieurs pays africains (Centrafrique, Tchad, Cameroun, Mali, Congo, Gabon), cet ouvrage rassemble les contributions d’anthropologues européens et africains, de juristes, magistrats et professeurs de droit, porteurs de réflexions communes sur les croyances génératrices de violences et les atteintes aux droits des personnes et des catégories sociales vulnérables.

 

Table des matières de l'ouvrage

Présentation

Introduction
La violence de la sorcellerie dans l'Afrique contemporaine
Bruno Martinelli & Jacky Bouju

Première Partie : Les institutions et la sorcellerie

1. Justice, religion et sorcellerie en Centrafrique
Bruno Martinelli

2. D'un guérisseur à l'autre : Diagnostic, délivrance et exorcisme à Bangui
Sandra Fancello

3. Être en danger et être un danger. Exclusion et solidarité dans un monde 
d'insécurité spirituelle
Filip de Boeck

4. Fétichisme et sorcellerie. La force de mort du "pouvoir souverain moderne" 
en Afrique centrale.
Joseph Tonda

Deuxième partie : La sorcellerie au tribunal

5. Le magistrat et le sorcier: Les talimbi devant le tribunal centrafricain
Aleksandra Cimpric

6. La sorcellerie au sein du prétoire en Centrafrique. Illustration 
d'une session criminelle.
Gervais Ngovon

7. La sorcellerie et le droit moderne en République centrafricaine.
Émile Njapou

8. La sorcellerie au Congo. Mise en abîme des procès d'un ordre social injuste.
Rémy Bazenguissa Ganga

Troisième Partie : Violences sociales et sorcellerie

9. Violence et sorcellerie: Prolifération normative et incohérence statutaire 
à Kinshasa.
Sylvie Ayimpam

10. Du pouvoir des fétiches et de sa réversibilité. La violence de la lutte 
anti-sorcellerie chez les Banda de Centrafrique.
Andrea Ceriana-Mayneri

11. D'une violence à l'autre. Sorcellerie, blindage et lynchage au Gabon.
Julien Bonhomme

12. "Attends!" ou la sorcellerie de la modernité. Les multinationales, le pétrole 
et le terrorisme au Tchad. 
Stephen Reyna

13. Un imaginaire qui tue. Réflexions sur sorcellerie, violence et pouvoir 
(Cameroun, Mali).
Roberto Beneduce