Visa pour l’Image: Zoom sur les déchirements en Centrafrique

Le festival “Visa pour l’image” accueille deux expositions consacrées à la Centrafrique, signées par les photographes Michaël Zumstein et Pierre Terdjman. L’édition 2014 rend également hommage à Camille Lepage, tuée dans ce pays en mai dernier.

Le photographe franco-suisse Michaël Zumstein est arrivé en Centrafrique en septembre 2013, au moment où les tensions entre les rebelles de la Seleka et les forces anti-balaka étaient sur le point d’éclater. Pour le journal “Le Monde”, il photographie pendant des mois ce conflit, la plongée dans le chaos en décembre, cette violence sans cesse plus cruelle entre chrétiens et musulmans.

Le Français Pierre Terdjman se trouvait aussi à Bangui en décembre 2013. La Centrafrique était encore peu connue. Il se souvient d’une situation humanitaire dramatique, de villages se vidant de leurs habitants terrifiés par les exactions. Et de ce camp de réfugiés qui s’est organisé en quelques jours près de l’aéroport de Bangui.

Comme tous les reporters qui ont couvert la Centrafrique, il a été témoin de cette haine sans discernement, qui a déchiré les communautés musulmanes et chrétiennes, en connaissant parfois des conditions de travail extrêmement dangereuses. Pierre Terdjman admet avoir eu de la chance… Ce ne fut pas le cas de tous.

À 26 ans, Camille Lepage a été tuée en Centrafrique alors qu’elle témoignait, elle aussi. La jeune photographe laisse derrière elle un travail remarquable… Visa pour l’image lui a rendu hommage cette année et remettra un prix portant son nom en 2015.

Lire la suite sur l’Agence Centrafricaine de Presse http://www.lanouvellecentrafrique.info/perpignan-visa-pour-limage-zoom-sur-les-dechirements-en-centrafrique/