Colloque international à Yaoundé (Cameroun) : 9-10 décembre

Le pluralisme (médical, religieux, juridique…) en Afrique
Pluralism – medical, religious, anthropological, legal – in Africa
Le regard d’Eric de Rosny

Eric de Rosny au Cameroun

Plusieurs membres du programme EInSA participent à ce colloque qui se déroulera à l’Université Catholique d’Afrique Centrale, Campus de Nkolbisson à Yaoundé.

Le mardi 9 décembre :

Roberto BENEDUCE (membre du comité d’organisation) donnera une conférence plénière intitulée :

Le théâtre de la guérison : entre images de combat et rédemption du passé ou du désir de soigner

Soigner la maladie, accomplir le miracle de la guérison, tel est le rêve par excellence de tout prophète et de tout pasteur, de tout nganga. Si la maladie et les schèmes de causalité proposés par les experts demandent partout à être expliqués, le processus de « guérison » demande lui aussi d’être éclairci. La question reste toujours la même : faut-il croire pour guérir ou, comme le disent certains, faut-il guérir pour croire ? Éric de Rosny a exploré l’efficacité ainsi que les échecs des traitements rituels, le doute du malade face aux interprétations données par le guérisseur, tout comme l’incertitude du savoir des guérisseurs face aux changements sociaux. Il n’a cessé de répéter que la guérison est une véritable lutte, dont le déroulement nocturne et le vocabulaire martial semblent révéler la vérité obscure : réintégrer la « présence » face à une menace provenant souvent de son propre entourage, combattre un sentiment d’être « agi par les autres » qui semble renvoyer à l’histoire d’une dépossession collective plutôt qu’à telle ou telle maladie. C’est dans cette perspective qu’Éric de Rosny est arrivé à définir le propre d’une culture comme la capacité de soigner et de voir…

Le mercredi 10 décembre :

Sandra FANCELLO donnera une conférence plénière intitulée :

Quête de guérison et itinéraires de consultation dans le champ religieux.

En Afrique, le champ des réponses à la maladie est encore majoritairement couvert par les ressources qu’offrent les thérapies religieuses ou magico-religieuses et suscite de nouvelles interrogations sur la diversité et la pluralité des pratiques de consultation et de guérison. Aujourd’hui, la nouvelle donne que représente l’offre thérapeutique émanant des Églises pentecôtistes et des groupes charismatiques court-circuite aussi bien les recours traditionnels que les services hospitaliers, et propose de nouvelles méthodes de diagnostic que nous analyserons à partir de trois entrées dans le champ religieux de la guérison à Bangui et Yaoundé : les centres de délivrance, les nganga et les prêtres-exorcistes. L’implication progressive des Églises pentecôtistes et de leurs agents dans le diagnostic de la souffrance sociale et familiale incite à s’interroger sur les nouveaux dispositifs faisant appel à l’imaginaire sorcellaire.

Le mercredi 10 décembre :

André MARY donnera une conférence plénière intitulée :

« Travail de Dieu » et sorcellerie : du bon usage de l’ambiguïté.

Le « travail de Dieu » initié par E. de Rosny dès 1957, en collaboration avec R. Bureau, chez les Douala, s’est poursuivi dans un compagnonnage ethnologique impliquant le Bwiti des Fang du Gabon mais aussi le monde des Bëti étudié par P. Laburthe-Tolra, et celui des Evuzok de L. Mallart Guimera. Sa contribution dialogique à une anthropologie des catégories de l’evu (evus, evur, ewusu) interroge les fondements sorcellaires du pouvoir et les ressorts dévorants des relations humaines. L’ethnologie d’implication que pratique E. de Rosny passe surtout par l’auto-analyse du système des places qu’il occupe (prêtre, nganga, avocat) ou qu’on lui assigne (accusé, accusateur, guérisseur), et il pose, à la manière des bwitistes mais aussi des charismatiques, la question éthique de savoir si l’on peut être bon et fort à la fois ? En un mot comme lutter efficacement contre la sorcellerie ?

Le mercredi 10 décembre:

Andrea CERIANA MAYNERI interviendra dans l’atelier « Maladie et guérison » pour une communication intitulée :

Dépossession et sorcellerie : expériences de temps, schème persécutif

En s’inspirant d’une remarque d’Éric de Rosny sur les fragilités qui hantent la trajectoire de maints devin-guérisseurs contemporains (1992 : 52), cette intervention se penche sur la place des usages de la mémoire dans les représentations de la sorcellerie en Afrique équatoriale et en Centrafrique en particulier. Ces représentations expriment non seulement l’expérience douloureuse d’une déconnexion transfrontalière qui sépare les sociétés équatoriales des ressources dont jouiraient des pays voisins ou l’Occident, mais aussi l’expérience déchirante d’une dépossession culturelle qui sépare, d’une part, les usages modernes et néfastes des pouvoirs sorcellaires et, d’autre part, les usages ambivalents et éventuellement socialement constructifs qui étaient l’apanage des ancêtres. Face aux affrontements qui secouent la région centrafricaine, cette expérience du passé mérite d’être réinterrogée dans son rapport au schème persécutif qui soutient la perpétuation de violences meurtrières.

 Télécharger le programme complet

Télécharger les résumés des interventions