L’expérience de réfugiés et de demandeurs d’asile : entre terreur de la sorcellerie, mémoires culturelles et violence bureaucratique

6e Conférence européenne des études africaines, paris, juillet 2015

ECAS-logo-AfriqueCe panel souhaite interroger la place de la sorcellerie dans les trajectoires et les narrations de réfugiés et de demandeurs d’asile. En Afrique et ailleurs, les représentations de la sorcellerie se mêlent aux ressentiments qui pèsent sur les communautés déplacées et les relations des individus. Face aux institutions du « gouvernement humanitaire », comment des réfugiés peuvent-ils rendre « crédibles » les menaces de la sorcellerie ou amener les preuves des « armes mystiques » qu’ils sentent peser sur eux ? Les concepts de « plausibilité » et de « cohérence », au cœur de l’idée d’une narration crédible, insistant sur un modèle d’« Homme rationnel » s’estompent devant ces expressions de l’expérience traumatique et témoignent d’autres formes de moralité.

L’expérience de réfugiés et de demandeurs d’asile entre terreur de la sorcellerie, mémoires culturelles et violence bureaucratique/Refugees and Asylum Seekers Experience: Terror of Witchcraft, Cultural Memories, and Bureaucratic Violence

Ceriana Mayneri Andrea, Institut des Mondes Africains/Beneduce Roberto, University of Turin

8 Juillet, 17:30 - 19:00 
Salle:  S_F608
Sorbonne : 17, Rue de la Sorbonne, 75005 Paris.

Ce panel souhaite interroger la place de la sorcellerie dans les trajectoires et les narrations de réfugiés et de demandeurs d’asile. En Afrique et ailleurs, les représentations de la sorcellerie se mêlent aux ressentiments qui pèsent sur les communautés déplacées et les relations des individus. Face aux institutions du « gouvernement humanitaire », comment des réfugiés peuvent-ils rendre « crédibles » les menaces de la sorcellerie ou amener les preuves des « armes mystiques » qu’ils sentent peser sur eux ? La peur d’être persécuté par les personnes les plus proches émerge souvent dans leurs narrations sous forme de cauchemars ou d’« animaux » habitant leurs corps : pour les demandeurs d’asile, la nécessité de traduire ces images devant les professionnels de l’humanitaire constitue un obstacle supplémentaire dans leur effort visant à remplir les critères d’éligibilité établis par les lois sur la Protection Internationale. Les concepts de « plausibilité » et de « cohérence », au cœur de l’idée d’une narration crédible, insistant sur un modèle d’« Homme rationnel » s’estompent devant ces expressions de l’expérience traumatique et témoignent d’autres formes de moralité. À partir de terrains divers (en Afrique et en Europe) ce panel souhaite interroger la construction politique d’un Sujet Humanitaire et de « régimes de mémoire » à partir d’une interrogation plus fondamentale : comment les réfugiés

The panel aims to explore the place of witchcraft anxieties in the trajectories and narratives of refugees and asylum seekers. More particularly: how does the fear of witchcraft mark their everyday lives and give voice to the conflicts and suspicions within families and communities? How can asylum seekers make their anxieties “credible” to Territorial Commissions and provide proof of the “mystical weapons” that threaten them? Often, these issues are reported as the experience of being haunted by neighbors or relatives, or as dreams in which they are “eaten” and possessed by invisible animals living in their bodies. For the asylum seekers, translating the idea of being persecuted by witches into humanitarian language is an “impossible task”, just a further complication in the effort to meet the eligibility criteria for International Protection. The concepts of “plausibility” and “coherence”, two of the main pillars for considering their narratives as credible, disregard the cultural forms of traumatic experience and personhood. They assume a “rational man,” with no room for other imaginaries and moralities. Focusing on various fieldworks (African and European), the panel would like to investigate the destiny of these experiences and discourses, as well as the role of neoliberal policies in forging new political subjectivities. In the background of the discussion of these issues is a more general question: how do refugees remember?

Intervenants :

Batibonak Sariette, Aix-Marseille Université
« Les sorciers me poursuivent ici à Genève » : itinéraires des migrants africains à Genève et à Douala
Faux Chloé, EHESS
Sick In/Of Europe: (Inter)views of Pain and Imagination
Lawrance Benjamin, RIT
Between Vodou and Forced Marriage: Translating African Asylum Claims and the Reception ofWitchcraft in Refugee Status Determination
Semin Jeanne, Institut des Mondes Africains
La sorcellerie comme persécution : étude de cas nigérians

Voir le site de l’ECAS 2015

Télécharger le programme détaillé

 

 IMAF LOGOGIS_logo
logo-lamlogo-aegislogo-universite-paris-1