Figures prophétiques et chants révélés dans le Réveil évangélique du Congo

SOUTENANCE DE THÈSE DE BERNARD COYAULT LE 12 DÉCEMBRE 2015

IMGP7435 (2)
Séance de prière au Centre thérapeutique de la paroisse EEC de Mayangui, Brazzaville, 2007 (Photo B. Coyault).

Daniel Ndoundou (1911-1986), prophète congolais méconnu et pasteur de l’Église Évangélique du Congo, a dirigé durant 38 ans un mouvement dont l’impact populaire a largement débordé le cadre de son Église. Ce « Réveil de 1947 » (ou nsikumusu), qui avait débuté parmi les élèves pasteurs et instituteurs de la station missionnaire de Ngouedi au sud du Congo Brazzaville, s’inscrit dans l’héritage des prophétismes Kongo. A la mort du prophète, resté sans successeur, le mouvement s’est perpétué par un phénomène de fragmentation, avec l’émergence et la multiplication de figures prophétiques locales et anonymes qui, jusqu’à aujourd’hui, reproduisent et enrichissent la matrice prophétique initiale. 

Leur activité thérapeutique et visionnaire s’exerce au sein de “groupes spécialisés” abrités dans les paroisses, sous le contrôle des pasteurs, mais également dans des centres thérapeutiques privés, appelés bizinga, en dehors du contrôle de l’Église. Les chorales kilombo où sont interprétés les « chants révélés » constituent l’un des traits originaux et le marqueur identitaire du mouvement, de même que les grandes « retraites spirituelles » rassemblant des milliers, ou dizaines de milliers, de participants. La thèse retrace l’historique du Nsikumusu en montrant le rôle-clé de ces prophétesses et prophètes locaux dans la construction d’une proposition religieuse hybride où l’effervescence et l’imprévisibilité prophétiques se conjuguent avec la tradition doctrinale protestante héritée des missions. Face au dynamisme des Églises de Réveil, les prophètes du nsikumusu attirent de nouveaux publics en quête de sens et de guérison et construisent un lien identitaire qui rattache les fidèles à une tradition prophétique tout à la fois ancienne et en constante évolution.

Sous la direction de : André Mary, directeur de recherche émérite au CNRS

Laboratoire : Institut Interdisciplinaires d’Anthropologie du Contemporain (IIAC-EHESS)

Membres du jury :

  • André MARY, Directeur de recherche émérite au CNRS
  • Rémy BAZENGUISSA-GANGA, Directeur d’étude à l’EHESS
  • Sandra FANCELLO, Chargé de recherche au CNRS
  • Michael HOUSEMAN, Directeur de recherche au CNRS
  • Ramon SARRO, Associate Professor, University of Oxford
Lieu : EHESS, salle 8, de 9h30 à 12h 
105 boulevard Raspail, 75006 Paris

La soutenance est publique

 

logo_ehess

logo-lahic

 

 

 

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search