Figures et imaginaire de la réussite sociale à Yaoundé. Les enjeux moraux d’un débat public

Soutenance de thèse d’Emmanuel Galland, le 23 novembre 2016

MMSH_accueilEmmanuel Galland, doctorant de l’Institut des Mondes Africains et membre du programme EInSA, soutiendra sa thèse de doctorat en anthropologie le mercredi 23 novembre 2016 à 13h, salle Duby, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

Directeur de thèse : Jacky Bouju (MCF-HDR)

Laboratoire : Institut des Mondes Africains (IMAf)

École doctorale : Espaces, cultures, sociétés

Résumé : Les citadins camerounais expriment de bien des manières le sentiment de traverser une époque de « crise morale » en ce qui concerne les voies et les fondements de la réussite sociale. Le vécu des inégalités économiques et matérielles, les conditions de la reproduction des élites, les conceptions de la justice sociale et de la légitimité des statuts constituent un ensemble de représentations et d’imaginaires où la question de la réussite est intimement associée à la dénonciation d’une dépravation des mœurs. La critique des formes « dévoyées » de réussite porte tout autant, et simultanément, sur une dénonciation de la corruption, du népotisme, de l’arnaque et du simulacre, de l’homosexualité et de formes de sexualité jugées scandaleuses, que des « sectes » et des « cercles » occultes, du « mysticisme », des « crimes rituels » et de toute une palette de pratiques rattachées aux imaginaires de la sorcellerie et de l’occulte.

Cette thèse explore les enjeux liés à ce constat. L’observation des pratiques de différents groupes sociaux urbains, du sens émique et de la spécificité des conceptions, des figures et des voies de la réussite à Yaoundé, montre qu’il existe plusieurs faisceaux de normes, de valeurs et d’affects pour penser, juger et légitimer la réussite sociale. Un principe d’opposition ressort entre, d’un côté, une économie morale de la facilité fondée sur la rapidité et la déconnexion du travail productif, et de l’autre coté, une économie morale du mérite articulée à la reconnaissance de la valeur du travail, du talent ou de la compétence.

Cette opposition structure nombre d’enjeux moraux qui remettent en situation les discours de dénonciation des acteurs. Par leur travail critique, ceux-ci construisent sur différentes scènes, des « fléaux », des problèmes sociaux et des « causes » politiques relatives aux manières de s’enrichir et de réussir, dont l’expression la plus spectaculaire est peut-être la survenance au cours des dernières années de grandes « affaires » qui agitent l’espace public et politique camerounais.

 

Membres du jury :

Rémy BAZENGUISSA, Anthropologue, Directeur d’Études EHESS, Paris
Jacky BOUJU, Anthropologue, Maître de Conférences, Aix-Marseille Université
Mirjam DE BRUIJN, Anthropologue, Professor, Universiteit Leiden, Afrika Studiecentrum
Marc-Eric GRUENAIS, Anthropologue, Professeur des Universités, Université de Bordeaux
Olivier LESERVOISIER, Anthropologue, Professeur des Universités, Université Paris 5
Jean-Bernard OUEDRAOGO, Sociologue, Directeur de Recherche CNRS, Paris

LA SOUTENANCE EST PUBLIQUE

 

logo MMSH 2IMAF LOGO