Le forgeron, le juge et l’ethnologue: autour de Bruno Martinelli

Journal des africanistes 88 (2), décembre 2018

Coordonné par Sandra Fancello & André Mary

Professeur d’anthropologie à l’université d’Aix-Marseille et chercheur à l’Institut des mondes africains, Bruno Martinelli était avant tout un chercheur passionné dont l’investissement en toutes choses reste marqué par l’énergie et la ténacité : l’enseignement, la formation à la recherche, ses terrains ethnographiques et la coopération interuniversitaire entre la France et l’Afrique1. Moins familier des lieux de publicité et de valorisation, il concevait la recherche comme une œuvre à partager et à transmettre, « bonne à penser » et destinée à instruire, sans grand profit pour lui-même. Ce dossier entend retracer et prolonger les sillons qu’il a creusés et qui ont façonné son œuvre ethnographique.

Les contributions proposées ici sont issues de journées d’étude organisées par Sandra Fancello les 21 et 22 mai 2015 et intitulées « Le forgeron, le juge et l’ethnologue : de la transmission des savoir-faire à la gestion des différends ». Elles interrogent et discutent les axes thématiques de l’œuvre de Bruno Martinelli dans l’articulation de ses champs d’investigation : Savoir-faire et apprentissages ; Transmission et patrimonialisation des cultures immatérielles ; Gestion des différends et techniques du corps. Caroline Robion-Brunner, qui a coécrit un ouvrage avec Martinelli (2012), restitue l’apport de l’anthropologue à l’archéologie des différentes techniques de métallurgie du fer, particulièrement sur le continent africain qu’elle qualifie « d’espace de dialogue privilégié » entre anthropologues et archéologues dans une approche comparative pratiquée très tôt (1994). À partir de ses propres travaux dans le Dendi, au nord-est du Bénin, Caroline Robion-Brunner nous montre comment l’approche de Bruno Martinelli est encore opératoire dans l’observation des techniques, de même que la place qu’il accordait à la dimension sociale des savoir-faire et de l’apprentissage de la métallurgie. Une dimension importante de ses travaux qu’explore à son tour Fabio Viti à partir d’enquêtes au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Togo, où il observe un renversement des valeurs de l’apprentissage et de sa fonction « matricielle » désormais soumis à la pression de l’économie libérale. L’étude, classique, de Martinelli (1997), située en milieu rural mossi, essentiellement centrée sur les forgerons dont les femmes sont souvent potières, ouvre sur un nouvel espace social. En revisitant les modalités de la transmission au milieu des années 2000 dans le cadre du programme SYSAV incluant une pluralité de pays, Viti fait le constat d’un appauvrissement de l’apprentissage et de sa dimension initiatique, notamment en milieu urbain, foyer de l’économie informelle et où la « subordination au marché brise la progression de ces paliers d’apprentissage et l’intégrité du métier de l’artisan créateur qui n’est plus entièrement maître de la chaîne opératoire ». Il en résulte le double phénomène d’une génération d’artisans inaccomplis dont les savoir-faire se voient parasités par l’introduction de pièces préfabriquées. À l’heure où la patrimonialisation des savoirs immatériels est l’objet de politiques internationales, les savoir-faire en Afrique – comme ailleurs – se voient menacés par l’importation de produits de la mondialisation. Ce constat rejoint une autre dimension de la réflexion de Martinelli, restituée dans la contribution de Sarah Andrieu et Anaïs Leblon sur l’institutionnalisation du patrimoine immatériel en Afrique, dans le cadre de la politique de patrimonialisation de l’Unesco. Ici, l’anthropologue est sollicité en tant qu’expert, une posture qui n’est pas sans engagement et que Martinelli assumera également en Centrafrique. Loin de nourrir une vision enchantée du patrimoine, sa réflexion s’engage dans une approche critique des processus de patrimonialisation et de leur dimension politique et identitaire à l’œuvre dans les cultures locales, mais également sur le rôle de l’ethnologue-expert face aux revendications de reconnaissance institutionnelle portées en filigrane dans cette quête de légitimation où se joue parfois une « invention du patrimoine ».

Les mêmes processus sont à l’œuvre dans l’analyse que livrent Andrea Ceriana Mayneri et Gervais Ngovon des revendications culturalistes qui dominent dans la Charte africaine des droits de l’homme, laquelle prescrit « le respect des traditions » africaines, bien que ce terme désigne tout un ensemble de représentations collectives héritées d’autres systèmes de croyances : l’impact des catégories chrétiennes sur les représentations de la sorcellerie en est un exemple récurrent (Fancello 2008), de même que la revendication d’une sorcellerie africaine ancestrale qui semble au fondement de marqueurs culturels censés tenir à distance les prétentions universalistes des organisations internationales, et même parfois locales, de promotion des droits humains. Au cœur des enjeux se trouve le maintien, dans le Code pénal centrafricain, des articles sanctionnant les « pratiques de sorcellerie et charlatanisme » (PCS) à l’origine des procès de sorcellerie. Les auteurs reviennent sur les débats qui ont animé et animent encore la place faite à cet héritage colonial, tandis que les approches différenciées de l’anthropologue et du juriste illustrent les impasses et les dilemmes d’une posture engagée.

Enfin, la contribution de Sandra Fancello et André Mary revient sur les enjeux croisés du pardon et de la délivrance qui font l’objet d’une réappropriation politique dans plusieurs pays africains. Loin des vertus traditionnelles du pardon mossi qui vise à l’apaisement (Martinelli, 1998, Fancello 2006), le recours politique à la rhétorique du pardon, tel que Martinelli a pu l’observer au Burkina Faso, au début des années 2000, ou les dispositifs de réconciliation nationale tels que ceux mis en place en Côte d’Ivoire à la même période (Mary 2002), révèlent des interférences entre le religieux et le politique à des fins détournées : l’amnistie politique et la réconciliation nationale qui ont en commun de faire l’économie de la justice. Là encore, la globalisation des catégories chrétiennes et l’influence des « présidents convertis6 » (de G. W. Bush à Laurent Gbagbo ou François Bozizé, qui ont tous trois mené la guerre contre un front musulman) ne cessent de surprendre. Preuve, s’il en fallait, de l’inépuisable ressource que constituent encore, en Afrique, la mobilisation des représentations magico-religieuses et leur télescopage avec les logiques politiques à l’œuvre dans les sociétés africaines contemporaines.

 

Table des matières

  1. Le forgeron, le juge et  l’ethnologue : autour de Bruno Martinelli
    (introduction au dossier)
    Sandra Fancello et André Mary

    2. « Pourquoi ton four n’est pas comme le mien ? » Diversité technique dans la sidérurgie ancienne : le cas du Dendi (Bénin)
    Caroline Robion-Brunner

    3. Sous le regard de l’ethnologue : les rapports sociaux d’apprentissage (Sénégal, Côte d’Ivoire, Togo).
    Fabio Viti

    4. Ethnographier et valoriser les espaces du patrimoine en Afrique
    Sarah Andrieu et Anaïs Leblon

    5. Institutions du pardon et politiques de la délivrance en Afrique de l’Ouest
    Sandra Fancello et André Mary

    6. Une justice d’exception en Centrafrique. Notes sur le droit, l’anthropologie et l’histoire de la pénalisation de la sorcellerie.
    Andrea Ceriana Mayneri et Gervais Ngovon

Voir le numéro en ligne ici