Journée d’étude : Les institutions face à la sorcellerie : outils et défis de l’enquête

La sorcellerie a toujours été, y compris pour les anthropologues qui en ont fait leur « affaire », un objet problématique sur le plan de la définition de la chose dont on parle, de la méthode d’approche mais aussi de la posture du sujet impliqué dans l’enquête. Cette journée d’étude n’entend pas revenir sur la littérature très vaste concernant ces sujets. Il s’agit plutôt, en prenant appui sur des études de cas nourris d’une longue expérience ou au contraire d’un premier terrain exploratoire, de poser clairement les problèmes de faisabilité de l’enquête sur un objet polémique. L’analyse des difficultés rencontrées, des impasses ou même des échecs fait partie traditionnellement des leçons de ce type de terrain.

La pente naturelle des ethnologues, et leur apport essentiel, est de travailler souvent dans les interstices des dispositifs rituels et des entreprises du marché thérapeutique ou à la marge des institutions judiciaires ou religieuses. Mais comment initier, comme le prétend le programme de recherche EINSA, un travail « au centre » qui prenne en compte les interactions entre les institutions (coutumières ou modernes), leurs procédures et leurs engagements dans le traitement ou la lutte contre la sorcellerie ? Comment maîtriser concrètement le jeu des soupçons, la chaîne des accusations et des sanctions, en se donnant des modes d’enquête qui permettent de penser l’entrecroisement des intérêts des individus et de leurs familles, les engagements des acteurs des ONG ou des médias, les alliances entre les professionnels de la justice, de la police ou des Églises, ou encore les carrières des hommes forts de la politique ?

Plus précisément, au regard de la faisabilité de l’enquête : comment entrer et se faire accepter en tant que chercheur dans les tribunaux, les églises, les familles, les entreprises ? Comment éviter les biais liés à une entrée par le point de vue des victimes, de l’accusateur, ou des intercesseurs ? Mais aussi, comment travailler sur des affaires qualifiées par les médias de « crimes rituels » au-delà du dossier de presse et des sources journalistiques ? Comment contextualiser les rumeurs de trafics d’organes, d’esclavage des enfants-sorciers, et leurs enjeux ? Comment aborder un procès sans s’enfermer dans le dossier d’instruction ou le jugement des juges ? Comment, plus globalement, appréhender les situations d’incertitude, de vulnérabilité, ou « mesurer » les non-dits de l’insécurité spirituelle ?

Les affaires, les itinéraires, les procès, appellent donc à penser par cas en s’interrogeant sur ce que le chercheur est censé apporter de plus par rapport au journaliste, au juge ou au pasteur ? Penser la sorcellerie « en situation » comme le suggérait Evans-Pritchard, n’exclue pas d’intégrer dans la situation le positionnement des institutions « face à » la sorcellerie, les politiques et les stratégies des acteurs qui ont autorité en la matière. Une réflexion méthodologique et pédagogique préalable, située et comparative, s’impose.

 

Programme des interventions :

9h30-12h30 – Accusations, justice et médias

 Sandra FANCELLO (CNRS-CEMAf), Introduction et modération

Bruno MARTINELLI (CEMAf-AMU), « Ethnographie de la sorcellerie au sein de l’institution judiciaire en Centrafrique ».

Filip DE BOECK (Univ. Leuven), « Comment rendre visible l’invisible? Texte, photo et film  dans la recherche ethnographique».

Julien BONHOMME (LAS-Collège de France), « Sorcier à la une ! Le traitement médiatique des rumeurs de sorcellerie ».

discutant : Peter GESCHIERE (Univ. Amsterdam)

 

14h-17h30 – Des itinéraires aux affaires: en quête du sujet

Jean-Bruno NGOUFLO (Univ. de Bangui), «Expérience ethnographique d’un objet polémique : la sorcellerie dans l’entreprise ENERCA ».

Andrea CERIANA (LAAP-UCL), « Sorcellerie et biomédecine en Centrafrique: négocier le rôle de chercheur dans l’hôpital et l’université ».

Bernard COYAULT (IIAC-EHESS), « La sorcellerie dans la vie d’une Église au Congo: entre euphémisation et contagion »

Maixant MEBIAME-ZOMO (Univ. Libreville), « Enquêter sur les crimes rituels au Gabon : les leçons d’un terrain sensible ».

discutant : André MARY (IIAC-EHESS)

 

Le 6 juin 2013
De 9h30 à 17h30
Salle G. Duby
MMSH
5 rue du château de l'horloge 
13094 Aix-en-Provence (France)
Bus n°8
Direction: Jas de Bouffan 
arrêt : Pablo Picasso

 

  

 


Une réflexion sur « Journée d’étude : Les institutions face à la sorcellerie : outils et défis de l’enquête »

Les commentaires sont fermés.