Logiques de l’accusation dans le cadre institutionnel

Les recherches engagées au sein de cet axe se focaliseront sur les dynamiques sociales de la parole accusatrice et les chaînes d’escalade de la stigmatisation, de l’imputation et de l’accusation dans plusieurs cadres institutionnels : justice, police, associations, entreprises. Elles poseront explicitement le problème des droits de l’homme par rapports aux faits répressifs consécutifs aux accusations de sorcellerie (Ter Haar, 2007). L’accusation, moment clé, du processus social, sera étudiée à travers la diversité de ses expressions symboliques, de ses modalités pratiques, de ses codifications, de ses acteurs et de ses scénographies. Ainsi, l’entrée des « affaires de sorcellerie » dans les cours de justice en Afrique n’est pas un phénomène nouveau (Fisiy, 1990 ; Fisiy & Geischiere, 1990 ; Raynal, 1994). Le scénario change de nature et d’enjeu lorsque le plaignant (ou la famille) qui se dit victime de « sorcellerie » voit sa plainte reconnue en droit par la cour de justice pénale et que le soupçon porté sur les personnes « coupables » se transmue en accusation en bonne et due forme, assortie de sanction, par la médiation de quelque tradipraticien, « témoin à charge » ou expert des choses cachées, visionnaires de ces actes par définition invisibles. La transformation d’une affaire de sorcellerie en « affaire pénale » suppose une accusation publique portée par un magistrat, intervenant au nom des valeurs et des normes de la société mises en cause par le prévenu.

Axe 1 : Logiques de l’accusation dans le cadre institutionnel : affaires, rumeurs, procès

Les recherches engagées au sein de cet axe se focaliseront sur les dynamiques sociales de la parole accusatrice et les chaînes d’escalade de la stigmatisation, de l’imputation et de l’accusation dans plusieurs cadres institutionnels : justice, police, associations, entreprises. Elles poseront explicitement le problème des droits de l’homme par rapports aux faits répressifs consécutifs aux accusations de sorcellerie (Ter Haar, 2007). L’accusation, moment clé, du processus social, sera étudiée à travers la diversité de ses expressions symboliques, de ses modalités pratiques, de ses codifications, de ses acteurs et de ses scénographies. Ainsi, l’entrée des « affaires de sorcellerie » dans les cours de justice en Afrique n’est pas un phénomène nouveau (Fisiy, 1990 ; Fisiy & Geischiere, 1990 ; Raynal, 1994). Le scénario change de nature et d’enjeu lorsque le plaignant (ou la famille) qui se dit victime de « sorcellerie » voit sa plainte reconnue en droit par la cour de justice pénale et que le soupçon porté sur les personnes « coupables » se transmue en accusation en bonne et due forme, assortie de sanction, par la médiation de quelque tradipraticien, « témoin à charge » ou expert des choses cachées, visionnaires de ces actes par définition invisibles. La transformation d’une affaire de sorcellerie en « affaire pénale » suppose une accusation publique portée par un magistrat, intervenant au nom des valeurs et des normes de la société mises en cause par le prévenu. Ces acteurs institutionnels produisent leurs propres définitions, voire théories, de la sorcellerie assurant la transmission et la formalisation (jurisprudence) de ces « savoirs ». Les savoirs de la sorcellerie sont aujourd’hui portés par divers acteurs institutionnels (juges, policiers, médecins, éducateurs, techniciens, journalistes, pasteurs et prêtres, personnalités politiques etc.) et sont articulés à des légitimités et des conditionnalités locales, identitaires, religieuses, politiques, économiques. Prenant en compte cette multiplicité de réappropriations et de réinventions, l’axe 1 se donne pour objectif de comprendre les confrontations épistémologiques et les problèmes éthiques du travail scientifique dans le champ des savoirs, des croyances, des idéologies actuelles de la
sorcellerie.

Les institutions répressives, en particulier la justice, constitueront l’un des principaux champs d’investigations croisées et comparatives. Les dispositifs de médiation et d’embrayeur de violence y font appel à divers doubles processus inversés de criminalisation du sorcier accusé et de victimisation de l’ensorcelé : d’un côté des dispositifs répressifs qui sont censés confirmer non l’identité du sorcier mais l’imputation d’actes (délits et crimes) sur la base de « preuves » ; de
l’autre, des dispositifs thérapeutiques et religieux qui visent à convaincre le malade qu’il est victime d’ensorcèlement et à suggérer (par la prière, la vision, la possession) l’identité nominale du sorcier.

Les écarts et les recouvrements entre les procédures sont significatifs au regard d’enjeux de responsabilité des sujets (individuels ou collectifs) : du « jugement » qui conduit à la criminalisation des actes considérés comme intentionnels et volontaires jusqu’à la diabolisation de l’autre sorcier possédé par sa force et agissant en double. Les relations entre les logiques d’acteurs et leurs divers registres de savoirs/croyances seront ainsi explorées dans des contextes interinstitutionnels (justice/église/entreprise/école/hôpital etc.). La logique de la preuve (des policiers, magistrats, voyants, désorceleurs, contre-sorciers etc.) et la logique de l’épreuve de la confession autoaccusatrice de conversion ne sont pas sans recouvrements. Les espaces judiciaires et religieux transcendent l’opposition entre une violence sorcière invisible et privée confinée à l’entre soi familial et la violence visible et publique des agressions sorcellaires (comme dans le cas des « voleurs de sexe » par exemple) en prétendant donner à voir les « preuves » d’actes criminels ou en
invitant les esprits maléfiques à se « manifester » par la violence de la parole et la chute des corps.

Les enjeux éthiques de ces divers procès confrontés aux attentes contradictoires des sujets (accusés/accusateurs) et aux droits des personnes seront au coeur de l’observation.

 

→ L’équipe : Bruno Martinelli, Filip de Boeck, André Mary, Julien Bonhomme, Christian Mayissé, Aleksandra Cimpric, Jean-Bruno Ngouflo, Michel Goundou.