Quête de guérison et itinéraires de consultations

 Cet axe de recherche part d’un constat : le champ des réponses à la maladie est encore majoritairement couvert en Afrique par les ressources qu’offrent les institutions religieuses. Cette situation n’est pas uniquement liée aux limites et aux impasses de la médecine « inhospitalière » (Sardan & Jaffré, 2003), elle a aussi des raisons anthropologiques qui interrogent « le sens du mal » (Augé & Herzlich, 1984). La nouvelle donne que représente l’offre thérapeutique émanant des ministères et des centres de délivrance cible, non sans effet d’imposition, les victimes de la sorcellerie et du Diable, court-circuitant aussi bien les recours traditionnels que les services hospitaliers et menaçant la diversité et la pluralité objective des pratiques de consultation et de guérison.

Axe 2 : Quête de guérison et itinéraires de consultations : sorcellerie, délivrance et exorcisme

Cet axe de recherche part d’un constat : le champ des réponses à la maladie est encore majoritairement couvert en Afrique par les ressources qu’offrent les institutions religieuses. Cette situation n’est pas uniquement liée aux limites et aux impasses de la médecine « inhospitalière » (Sardan & Jaffré, 2003), elle a aussi des raisons anthropologiques qui interrogent « le sens du mal » (Augé & Herzlich, 1984). La nouvelle donne que représente l’offre thérapeutique émanant des ministères et des centres de délivrance cible, non sans effet d’imposition, les victimes de la sorcellerie et du Diable, court-circuitant aussi bien les recours traditionnels que les services hospitaliers et menaçant la diversité et la pluralité objective des pratiques de consultation et de guérison.

Vidéos en ligne

Lien vers Scènes de délivrance à Bangui (Centrafrique)

 

Cet axe se focalisera sur la construction biographique interactive du processus de victimisation de la souffrance des malades qu’il s’agisse des présumés ensorcelés ou des accusés sorciers travaillés au corps par leurs démons. Une telle recherche suppose de prendre en compte l’interaction entre l’offre thérapeutique plurielle des acteurs du champ et les demandes individuelles ou familiales de consultation, ainsi que sur les itinéraires de vie et d’apprentissage des “spécialistes non médicaux de la guérison” (Tonda, 2002). L’offre de chaque institution se veut spécialisée, parfois exclusive, et chacune s’occupe à invalider les autres et à masquer ou dénoncer les errances des sujets. La mise en
relation des types de recours ou de diagnostic est pourtant la règle du vécu des itinéraires de guérison (Benoist, 1996 ; 2002) qui sont porteurs d’une attente globale du sens des maux. Cette approche a pour ambition de renouer avec une anthropologie du sens de la maladie (des maux et des malheurs) et avec des techniques d’enquête qui redonnent leur place aux itinéraires biographiques individuels mais aussi aux démarches des familles ignorées par les dispensaires et
appareils publics de santé.

La transversalité s’impose par rapport à des protocoles et des dispositifs d’enquête qui ont tendance à s’ancrer dans les dispensaires publics de santé aussi bien que dans les organisations religieuses et leurs centres de délivrance, sans se donner les moyens du suivi des parcours biographiques individuels et familiaux. Cette approche n’est pas sans difficulté pour l’ethnologue qui doit passer d’un monde thérapeutique à l’autre (des mondes qui s’invalident réciproquement) tout en s’efforçant de suivre les sujets eux-mêmes dans des lieux intermédiaires ou interstitiels où la parole n’est pas sous contrôle de l’institution.

 

L’équipe : Sandra Fancello, Roberto Beneduce, Maixant Mébiame, Andrea Ceriana, Alessandro Gusman, Sariette Batibonak, Bernard Coyault.