Violence, incertitude et vulnérabilité

En Afrique centrale, la multi-crise est ancienne, durable et profonde. Les milieux sociaux se sont progressivement adaptés aux incertitudes et à la précarité qu’elle n’a cessé de générer. Les principaux modes de redistribution qui fondaient la solidarité africaine ne réussissent plus aujourd’hui à réduire l’incertitude en général et les risques économiques, sociaux et sanitaires des plus faibles. Ainsi, la recherche de la sécurité et la réduction de l’incertitude peuvent être considérées comme un trait majeur de la culture africaine contemporaine dans un contexte où le flou et l’ambiguïté sont plutôt la règle que l’exception (Boholm, 2003 : 168). Les formes culturelles de résilience liées aux vulnérabilités générées par la crise se traduisent ainsi par des changements de comportements sociaux et familiaux. De nombreuses dynamiques oeuvrent ainsi de manière déterminante à la généralisation d’une culture de l’incertitude qui affecte les conceptions du monde, le lien social et le rapport à la richesse et au travail. Dans ces circonstances, certaines catégories sociales (les femmes, les vieux, les enfants) sont davantage vulnérables à la violence ordinaire des rapports sociaux et deviennent par la même vulnérables à la violence des accusations de sorcellerie.

Axe 3 : Violence, incertitude et vulnérabilité : stratégies de sécurisation de l’existence

En Afrique centrale, la multi-crise est ancienne, durable et profonde. Les milieux sociaux se sont progressivement adaptés aux incertitudes et à la précarité qu’elle n’a cessé de générer. Les principaux modes de redistribution qui fondaient la solidarité africaine ne réussissent plus aujourd’hui à réduire l’incertitude en général et les risques économiques, sociaux et sanitaires des plus faibles. Ainsi, la recherche de la sécurité et la réduction de l’incertitude peuvent être considérées comme un trait majeur de la culture africaine contemporaine dans un contexte où le flou et l’ambiguïté sont plutôt la règle que l’exception (Boholm, 2003 : 168). Les formes culturelles de résilience liées aux vulnérabilités générées par la crise se traduisent ainsi par des changements de comportements sociaux et familiaux. De nombreuses dynamiques oeuvrent ainsi de manière déterminante à la généralisation d’une culture de l’incertitude qui affecte les conceptions du monde, le lien social et le rapport à la richesse et au travail. Dans ces circonstances, certaines catégories sociales (les femmes, les vieux, les enfants) sont davantage vulnérables à la violence ordinaire des rapports sociaux et deviennent par la même vulnérables à la violence des accusations de sorcellerie. Aujourd’hui, les Africains vivent des vies quotidiennes incertaines caractérisées par l’ambiguïté, le doute et l’indétermination. Sous l’effet des politiques de développement, les modes de vie se sont transformés, les contraintes qui affectent les existences individuelles ont changé et la vulnérabilité s’en est trouve intensifiée de manière non homogène pour l’ensemble des individus qui composent ces sociétés. Mais l’incertitude est aussi liée aux échanges sociaux : les défauts de coopération ou les manquement aux obligations sociales peuvent être ambigus et donc difficiles à reconnaître et peuvent être interprétés comme la malveillance des jaloux et envieux (risques de maraboutage de la part des voisins, d’envoûtement de la part des collègues ou des parents). Or, beaucoup de choix dépendent de la perception que l’on a des intentions et des motivations des autres qui demeurent difficiles à déchiffrer. Dans cette situation d’incertitude l’acteur social fait l’expérience de l’anxiété par rapport à des dangers mal identifiés et du manque de confiance en lui-même qui peut se développer en sentiment d’insécurité (Ashforth, 1998 ; Kuhlthau, 2005) : « les individus participent à la société selon la façon dont leurs perceptions des choses sont orientées par les représentations collectives vers des dangers qui se situent à la limite de causes naturelles et de causes morales. » (Keck, 2006). Ces « nouveaux » risques ont profondément influencé les manières d’appréhender l’existence.

Cet axe de recherche veut explorer les différentes manières dont l’incertitude est intériorisée dans des conceptions et des pratiques d’acteurs situés dans des contextes régionaux et sociétaux différents. Il vise aussi à articuler de manière significative les dynamiques d’adaptation contemporaines aux processus historiques de changement plus anciens.

 

→ L’équipe : Jacky Bouju, Mirjam de Bruijn, Sylvie Ayimpam, Emmanuel Galland, Sylvain Batianga.