Article : Soigner, guérir, convertir

En République centrafricaine, la biomédecine cohabite avec d’autres sources d’autorité médicale. C’est le cas notamment des étiologies et des thérapies « traditionnelles », qui ont souvent recours à des arguments mystiques dans l’explication de la maladie et de l’infortune. Parmi les étudiants de la Faculté des Sciences de la Santé de Bangui, les étiologies non-conventionnelles sont à l’origine de profondes interrogations épistémologiques, qui engagent la légitimité même de leur parcours d’études dans un contexte marqué par un pluralisme thérapeutique.

Andrea Ceriana Mayneri vient de publier un article intitulé:

SOIGNER, GUÉRIR, CONVERTIR.
Les étudiants en médecine de Bangui et leur rapport à la médecine traditionnelle :
une analyse du discours

Psychopathologie africaine,
2009-2010, XXXV, 3, pp. 277-307.

Résumé :

En République centrafricaine, la biomédecine cohabite avec d’autres sources d’autorité médicale. C’est le cas notamment des étiologies et des thérapies « traditionnelles », qui ont souvent recours à des arguments mystiques dans l’explication de la maladie et de l’infortune. Parmi les étudiants de la Faculté des Sciences de la Santé de Bangui, les étiologies non-conventionnelles sont à l’origine de profondes interrogations épistémologiques, qui engagent la légitimité même de leur parcours d’études dans un contexte marqué par un pluralisme thérapeutique. En s’intéressant aux opinions de certains de ces étudiants, cet article met en exergue leurs inquiétudes de futurs médecins, et analyse les stratégies discursives — notamment le glissement du registre scientifique au récit de vie — au moyen desquelles ils s’efforcent de réintégrer des éléments étiologiques empruntés à la médecine non-conventionnelle dans leur propre perception du métier de médecin.