La Centrafrique livrée au chaos et à la violence de la Séléka

Au mois de décembre 2012, des groupes d’opposition au pouvoir du Président François Bozizé forment une « coalition » – séléka en sango, la langue nationale de Centrafrique – et entreprennent une descente rapide vers Bangui, qui se termine le 24 mars 2013 par la prise de la capitale centrafricaine et, successivement, la formation d’un gouvernement de transition. Pour Bozizé, qui, ce même dimanche 24 mars, abandonne en catastrophe la capitale, c’est la fin d’un règne qui avait commencé en mars 2003, lorsque cet ancien chef d’état-major des armées, qui avait déjà essayé à plusieurs reprises de s’emparer du pouvoir, réussit, par un coup d’État armé, à renverser le gouvernement d’Ange-Félix Patassé. Bozizé comptait à l’époque sur le soutien intéressé, ou sur le consentement silencieux, de la France et des États frontaliers, dont le Tchad.

 

Au fil des années, et à travers des élections contestées, la gestion népotiste et frauduleuse du pouvoir, l’incapacité de contrôler et sécuriser le territoire, ainsi que les violations des droits de l’homme, ont contribué à isoler le Centrafrique et sa classe politique. C’est dans ce contexte que, en décembre 2012, la Séléka s’organise. Cette coalition hétéroclite rassemble des mouvements « rebelles » établis dans les régions nord-orientales du Centrafrique, principalement aux frontières avec le Tchad et le Soudan. Au cours des dernières années, ces mouvements armés, qui ne poursuivent pas nécessairement les mêmes intérêts, avaient signé des accords de cessez-le-feu avec le gouvernement de Bangui. Mais à la fin 2012, ils dénoncent le non-respect des engagements pris par Bozizé et avancent vers la capitale, sans grande résistance de la part de l’armée centrafricaine, mal équipée, démotivée, et peu présente dans l’intérieur du pays.

 

Une démocratie d’opérette

 

À Bangui, et peu avant ces événements, un observateur un tant soit peu attentif aurait pu enregistrer quelques signes de la dégénérescence de la situation et de l’exaspération des centrafricains : à l’automne, la capitale était littéralement croulante, entaillée de gouffres qui s’ouvraient dans les rues et sur les ponts et où ses habitants semblaient menacés de sombrer ; l’activité économique et le débat politique s’éteignaient, asphyxiés par des pratiques coercitives et une gestion prédatrice de la chose publique. Le Président Bozizé reprenait sa vieille habitude de lancer à la foule, des vitres à peines baissées d’un 4×4, des billets de 500 francs centrafricains, soit l’équivalent de moins de 80 centimes d’euro. Les medias relançaient les rumeurs d’après lesquelles il se préparait à modifier de façon unilatérale la Constitution pour briguer une troisième fois sa propre succession.

 

En 2003 pourtant, lors du coup d’État qui l’avait amené au pouvoir, Bozizé avait promis aux Français qu’il ne se présenterait pas aux élections qu’il avait la charge d’organiser. Mais, deux ans plus tard, il est élu président de la République Centrafricaine. Une pratique ordinaire du pouvoir. Ainsi, lorsque la diplomatie française annonce l’envoi de troupes supplémentaires à Bangui en octobre 2013, elle met de nouveau l’accent sur l’organisation d’élections transparentes en 2015, auxquelles les forces de transition issues de la Séléka ne devraient pas candidater.

 

Retour sur le passé

 

Retournons à ces mois qui précèdent le coup d’État du 24 mars. Très vite apparaissent des indices qui trahissent le caractère propre de cette marche des rebelles sur Bangui. Au mois de décembre 2012, des rumeurs en provenance de l’intérieur du pays font état de pillages et de destructions, d’enlèvements et de demandes de rançons. Le rapport établi au mois de septembre 2013 par Human Rights Watch répertorie les exécutions, les massacres et autres violences, perpétrés par des membres de la Séléka, dont on a pu obtenir des preuves certaines. L’administration étatique, déjà presque impuissante en dehors de Bangui, se dissout, et ses représentants sont progressivement remplacés par des hommes de la Séléka, ou sont pourchassés, tout comme des anciens membres de l’armée, et des civils. Après le coup d’État et la fuite de Bozizé, la formation d’un gouvernement de transition nationale guidé par Michel Djotodia – un ancien fonctionnaire ministériel, leader de l’une des principales composantes de la Séléka – n’arrête pas l’aggravation des violences dans le pays. Au contraire, les témoignages se multiplient qui font état d’assassinats et de viols, de villages déserts, pillés et brulés, et de groupes d’auto-défense qui s’organisent spontanément contre les hommes de la Séléka, en relançant le cycle interminable des violences. La presse internationale, parfois la diplomatie et quelques organismes humanitaires, utilisent, à propos du Centrafrique, des expressions particulièrement fortes, évoquant un risque de « somalisation », ou d’« ethnicisation », ou encore de dérive religieuse du conflit. Ce sont là des termes qui méritent d’être précisés.

 

La menace d’in Islam radical?   

 

La composition même de la Séléka – et donc, a fortiori, du gouvernement actuellement en place à Bangui, ainsi que des hommes qui exercent un pouvoir dans les provinces de l’intérieur – inquiète et effraye une large partie de la population centrafricaine. Ces « rebelles » qui s’étaient réunis provisoirement sous une seule dénomination, proviennent des régions septentrionales et orientales dont ils défendent certains intérêts, et comprennent des hommes armés soudanais, tchadiens, appartenant à des communautés musulmanes, qui évoluent sur cette quadruple frontière poreuse (entre le Centrafrique, le Cameroun, le Tchad, et le Soudan) où la violence et l’expérience de la guerre deviennent des activités ordinaires, s’apparentant à une forme de travail.

 

Sur les media centrafricains, une caricature du soldat séléka s’est largement répandue, qui dit beaucoup de la perception que la population a de cette rébellion et ses motivations : un soldat aux traits somatiques soudano-tchadiens, qui parle en arabe ou qui bafouille des mots d’un sango élémentaire, comme un étranger le ferait, en train de brutaliser une population inerme. Le spectre d’un affrontement religieux s’est frayé lui aussi un chemin dans les discours officiels et les discussions moins formelles. Déjà Bozizé, dans les dernières semaines de son pouvoir, avait cherché dans l’évocation de la menace islamiste un dernier recours pour faire pression sur la communauté internationale, quitte à être démenti par la suite et abandonné par ses ex-alliés, dont la France.

 

Il s’agit là, néanmoins, d’un aspect crucial de la crise centrafricaine. Car il ne fait aucun doute que des violences continuent d’être perpétrées à Bangui et dans l’intérieur du pays par des membres de la Séléka contre des communautés chrétiennes et leurs représentants. Des intimidations, des pillages et des meurtres sont attestés, et d’autres violations des droits de l’homme sont ponctuellement répertoriées par les témoins qui suivent sur le terrain les événements. Reste, comme d’autres commentateurs l’ont déjà noté, que la construction d’un récit opposant deux communautés religieuses figées est fonctionnelle, et que ce récit se plie particulièrement bien aux intérêts en présence sur le terrain. Un élément qui devrait être pris en considération dans la description et l’analyse des faits, car l’entretien d’un tel discours risque de précipiter une situation déjà grave, avec des conséquences redoutables en Centrafrique et dans les pays frontaliers, comme en témoignent les sursauts de violence des dernières semaines dans certaines régions nord-occidentales, où se situe d’ailleurs le fief de l’ancien Président Bozizé.

 

Le Tchad à la manoeuvre

 

Derrière l’argument religieux, et son instrumentalisation, on reconnaît l’exacerbation de tensions anciennes, qui traversent la société centrafricaine depuis longtemps, et notamment dans ces régions où se croisent et s’affrontent les intérêts du Tchad, ceux des bandes armées qui sévissent à la frontière entre le Centrafrique, le Cameroun et le Tchad, ceux des groupes d’éleveurs nomades Mbororo faisant l’objet de discriminations particulières, et, encore, ceux des populations centrafricaines elles-mêmes. Parmi ces dernières, l’identification d’un « Autre » ennemi peut s’appuyer sur l’opinion diffuse d’après laquelle la mainmise étrangère sur le Centrafrique s’opère sans qu’aucune voix ni résistances ne se lèvent de l’intérieur du pays ou en Occident. Et pour cause : le Tchad a été le grand maître d’œuvre du coup d’État du 24 mars, il a contrôlé l’avancée des contingents Séléka vers Bangui, encadré les pourparlers du mois de janvier à Libreville, supervisé le siège puis l’entrée dans la capitale, et il s’engage maintenant dans la force régionale présente en Centrafrique en fournissant le principal contingent.

 

Or, si cet engagement doit être analysé à la lumière de la double stratégie adoptée par Idriss Deby au Mali et en Centrafrique (sur laquelle nous ne nous attardons pas ici), d’autres intérêts encore pèsent sur les décisions politiques récentes, et dont la population centrafricaine est d’ailleurs parfaitement consciente. À la veille du coup d’État de mars, par exemple, lorsque « les Séléka » stationnent encore à quelques kilomètres de Bangui, la population de la ville (les centrafricains et les étrangers) assiste au déploiement d’un canevas politico-militaire inattendu : tandis que l’armée centrafricaine disparait derrière sa propre inefficacité et la peur des représailles une fois la ville tombée, les militaires sud-africains, qui sont présents à Bangui depuis 2007 sur la base d’accords économiques entre les deux pays, s’engagent dans des combats à l’entrée de la ville. Au même moment, les militaires français qui stationnent à l’ambassade et à l’aéroport demeurent immobiles : aucun ordre de regroupement ou d’évacuation n’est effectivement donné, et de nombreux expatriés français se retrouvent alors, et pour des jours entiers, sous le feu des armes légères et lourdes, puis des pillages perpétrés par des séléka armés de fusils et de machettes, visiblement survoltés par la « prise » de la ville.

 

Les témoignages sont nombreux qui circulent sur le web, dont certains ont été relayés par la presse : ils ont été suivis par des explications officielles de la diplomatie française, qui fait état d’un choix politique et notamment de la volonté de ne pas donner l’impression d’être partie prenante dans le conflit. Aux portes de Bangui, les Sud-Africains enregistrent quant à eux des pertes importantes, les plus lourdes de l’époque post-apartheid, et qui soulèvent d’âpres polémiques à Pretoria sur les vraies raisons de l’engagement de ces militaires à des milliers de kilomètres de chez eux. Car cette présence sud-africaine, sollicitée et rémunérée à maintes reprises par Bozizé en échange de sa protection personnelle, est notamment liée à la signature d’accords économiques, visant en particulier l’exploitation des ressources minières centrafricaines. La crise centrafricaine est donc traversée, voire pilotée, par les intérêts économiques de nombreux acteurs étrangers, des intérêts qui pèsent déjà sur les hypothèses formulées récemment pour « sortir de la crise ». Ce sont en effet ces intérêts économiques dont on peut présumer qu’ils aient été précisés au mois d’octobre 2013, en Afrique du Sud, lors de la visite de deux jours de François Hollande, qui a évoqué avec son homologue sud-africain l’urgence du dossier centrafricain ; une visite précédée de quelques heures par la mission de Laurent Fabius à Bangui, l’occasion de dicter les grandes étapes d’une feuille de route propédeutique au retour de l’hexagone sur la scène politique et militaire centrafricaine.

 

Les violences des derniers mois, qui se sont accrues malgré la dissolution de la Séléka décrétée par le Président auto-proclamé Michel Djotodia au mois de septembre passé, nécessiteraient que des accords soient pris rapidement et respectés par les acteurs régionaux et leurs partenaires internationaux qui interviennent dans ce pays ravagé. Il faudrait surtout qu’un État et une administration, qui ont implosé sous la pression des pratiques de mauvaise gouvernance entretenues soigneusement par tous les gouvernements qui ont précédé la Séléka, soient restaurés et qu’ils puissent étendre leur influence sur le pays tout entier et non seulement sur la capitale.

 

La faillite d’un État

 

Mais, les événements centrafricains suggèrent encore deux considérations. D’abord, une crise politique et militaire (et désormais humanitaire) de cette ampleur ne se produit jamais soudainement : au contraire, elle couve sous les cendres attisées, pour des années, par les pays frontaliers, dans ce cas surtout le Tchad. Cette crise était prévisible, les commentateurs avaient à maintes reprises souligné la gravité et la particularité de la situation centrafricaine, même si, il est vrai, on ne pouvait prévoir ni sa violence et ni la forme qu’elle prend aujourd’hui. Ensuite, le chaos politico-militaire dont on entend parler ces dernières semaines est pourvu d’une certaine logique, qui repose encore une fois sur les intérêts des parties en présence : pendant que la violence devient ordinaire, voire même qu’elle s’institutionnalise, le maintien d’une insécurité permanente ainsi que l’absence d’un État fort et l’effacement de ses fonctions régaliennes ouvrent de nouveaux espaces de compétition pour l’exercice du pouvoir, y compris, bien entendu, du pouvoir économique.

 

Le Centrafrique n’est pas un pays abandonné, oublié, ou silencieux, comme on l’entend souvent dire (un historien et ancien administrateur définissait l’ex Oubangui-Chari comme « la plus délaissée des colonies ») ; sans doute n’a-t-il jamais joui de la visibilité accordée à d’autres contextes et à d’autres tragédies humanitaires, mais une multitude d’études, de commentaires, de rapports, ont été produits ces dernières années par des acteurs humanitaires, des journalistes, des universitaires. Le rôle crucial du territoire centrafricain dans les équilibres régionaux n’est pas une découverte récente : au contraire, aujourd’hui, l’entrecroisement et l’affrontement d’intérêts hétérogènes témoignent de la conscience que des sujets nationaux et internationaux, poursuivant des finalités diverses, ont de l’importance stratégique du territoire centrafricain. Cette crise n’est pas « cyclique », comme si elle était le résultat d’une inéluctable tendance (centre-)africaine à sombrer dans le chaos. Et la violence terrible de ces mois est, par maints aspects, inédite dans l’histoire de ce pays équatorial. En revanche, ce qui risquerait de s’apparenter à une répétition du même, serait une intervention internationale d’ordre exclusivement militaire, dépourvue d’une perspective politique à longue terme, et empêtrée dans la concurrence entre différents intérêts économiques.

Les Centrafricains, eux, le savent bien, qui utilisent communément l’expression « faire la politique » au sens de « tromper », et le terme sango politiki pour « mensonge ».