Sorcellerie et guérison en Centrafrique

Dans le cadre du séminaire de l’Institut des Mondes Africains

(Aix-en-Provence)

Le jeudi 20 mars 2014

Andrea CERIANA MAYNERI (LAHIC, EHESS), Guérisseurs et biomédecins : incertitudes épistémologiques et lutte pour la reconnaissance.

Sandra FANCELLO (IMAf-CNRS), Sorcellerie et délivrance dans trois champs religieux à Bangui.

 

Andrea CERIANA MAYNERI (LAHIC, EHESS), Guérisseurs et biomédecins : incertitudes épistémologiques et lutte pour la reconnaissance.

Résumé  : À partir d’enquêtes menées auprès d’étudiants en médecine et des guérisseurs nganga, nous tenterons d’éclairer certains parcours professionnels sur le « marché de la guérison » en Centrafrique, caractérisé par le pluralisme thérapeutique et le recours récurrent à l’étiologie sorcellaire. Le rapport entre la biomédecine et les savoirs dits « traditionnels » peut être appréhendé à partir des « provocations » qui traversent ces deux champs thérapeutiques et professionnels. Par « provocations », on se réfère ici aux négociations entre des pratiques et des présupposés épistémologiques a priori différents. L’analyse en terme de conflit (de formes de représentations ou de pratiques) n’éclaire pas suffisamment la complexité de ces provocations, qui peuvent occasionner de véritable impasses professionnelles et personnelles. Les nganga, les biomédecins et les étudiants en médecine apparaissent comme les protagonistes d’une lutte pour la reconnaissance dans un contexte où aucune étiologie ou recours thérapeutique n’est hégémonique dans l’explication de la maladie.

Sandra FANCELLO (IMAf-CNRS), Sorcellerie et délivrance dans trois champs religieux à Bangui.

Résumé  : En Afrique, le champ des réponses à la maladie est encore majoritairement couvert par les ressources qu’offrent les thérapies religieuses ou magico-religieuses. Les « nouvelles » religions dites « de guérison » utilisent le terreau de la guérison traditionnelle, tout en le diabolisant, et en prenant le relais des guérisseurs traditionnels, tandis que le recours à la médecine est bien souvent invalidé. Le phénomène global de la délivrance, qui accompagne l’explosion des pentecôtismes africains depuis le début des années 1990, a contribué à placer la demande de guérison au centre des itinéraires de conversion. La nouvelle donne que représente l’offre thérapeutique émanant des Églises pentecôtistes et des groupes charismatiques, court-circuitant aussi bien les recours traditionnels que les services hospitaliers, suscite de nouvelles méthodes de diagnostic que nous analyserons à partir de trois entrées dans le champ religieux de la guérison à Bangui : les centres de délivrance, les nganga et les prêtres-exorcistes.

 

à la MMSH,salle G. Duby
de 14h à 16h30 
5 rue du château de l'horloge
13094 Aix-en-Provence 
Bus n°8 Direction Jas de Bouffan 
arrêt: Pablo Picasso