Face à la sorcellerie

Mis en avant

Cahiers d’études africaines, n°231-232, 2018

Coordonné par Sandra Fancello & Julien Bonhomme

La sorcellerie n’est pas seulement une affaire privée qui se joue au sein des familles, elle concerne également les institutions jusqu’au cœur même de l’État. Celles-ci se retrouvent de plus en plus souvent prises dans le cercle mortifère des rumeurs, accusations et violences, quand elles ne participent pas elles-mêmes à l’expansion du schème d’interprétation sorcellaire. Devant ce constat, ce numéro examine à travers une série d’études de cas comment les institutions et leurs acteurs font face à la sorcellerie. Centrées sur l’analyse des dynamiques de l’imputation et de la stigmatisation, les contributions portent aussi bien sur les institutions les plus centrales de l’État (la justice, nationale mais aussi internationale, la police, l’école) que sur les institutions sanitaires, religieuses et sportives ou encore les médias. Continuer la lecture

Afriques enchantées, Afriques en chantiers / Les Afriques en débat

Du 9 au 12 juillet auront lieu à Marseille, les 5èmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF) sur le thème « Afriques enchantées, Afriques en chantiers », conjointement avec les 4èmes Rencontres des Jeunes Chercheurs en Études Africaines (JCEA) sur le thème « Les Afriques en débat » sur le campus Saint-Charles de l’Université d’Aix-Marseille.

Informations pratiques sur https://jcea2018.sciencesconf.org et sur http://reaf2018.sciencesconf.org 

Continuer la lecture

JCEA 2018 : Les Afriques en débat

Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études africaines, du 9 au 12 juillet 2018 Université d’Aix-Marseille, campus Saint Charles, Marseille, France

Depuis leur première édition en janvier 2013, les JCEA ont vocation à réunir des jeunes chercheur.e.s et docteur.e.s travaillant sur des terrains africains ou liés, historiquement, géographiquement ou politiquement, au continent. En proposant un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s, les JCEA invitent à dépasser les barrières disciplinaires qui structurent encore largement les recherches africanistes. Elles aspirent à faire dialoguer toutes les disciplines des sciences humaines et sociales afin de décrire l’histoire complexe, ancienne et contemporaine, des Afriques. Elles entendent également constituer un lieu d’échanges et de débats rassemblant les jeunes chercheur.e.s, parfois isolé.e.s ou travaillant dans des laboratoires bien souvent non africanistes.

Continuer la lecture

Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Les 5èmes Rencontres Scientifiques des Études Africaines en France se tiendront du  9 au 12 juillet 2018 à Marseille, sur le site Saint Charles d’Aix Marseille Université.

Soutenues par le GIS Afrique, elles sont organisées par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires suivants : Laboratoire Population – Environnement – Développement (LPED) Unité de Recherches Migrations et Sociétés (URMIS), Institut des mondes africains (IMAF), Centre Norbert Elias, Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille (CIELAM), Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM). Comme les quatre précédentes, ces 5es Rencontres visent à donner une visibilité aux recherches sur l’Afrique en devenir. Il s’agit aussi de faire connaitre nos objets de recherches et nos thématiques aux étudiants inscrits en Licence ou en CPGE afin de les inciter à s’orienter vers nos champs de recherche africains. Pour les contributions, les REAF 2018 sont ouvertes à tous, tout particulièrement aux doctorants et jeunes docteurs.

Pour la première fois, se dérouleront dans le même temps et sur le même lieu, les REAF et les « Rencontres des Jeunes Chercheurs en Études Africaines » : Les Afriques en débat – JCEA 2018

Continuer la lecture

Colloque international « Face à la sorcellerie », Paris 13-15 juin

En clôture du programme ANR « l’État et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine. Violence, justice et droits de l’Homme » (EInSA 2012-2016)

IMG_3851Dans certaines régions d’Afrique, les « affaires de sorcellerie » et la chaîne de violences qui conduit du soupçon, ou de la rumeur, à l’accusation publique jusqu’au passage à l’acte (meurtre, lynchage), prennent aujourd’hui une dimension alarmante. Les accusations peuvent cependant être portées devant les institutions légales car dans les systèmes judiciaires de ces pays africains, la « pratique de sorcellerie », associée à la « magie » et au « charlatanisme », est définie et sanctionnée en tant que délit ou crime par des articles des Codes pénaux introduits par l’autorité coloniale au milieu du XXe siècle et conservés, renforcés par les systèmes judiciaires postcoloniaux. Continuer la lecture