Vient de paraître : L’offrande de la mort. Une rumeur au Sénégal

Mis en avant

L’offrande de la mort. Une rumeur au Sénégal, par Julien Bonhomme et Julien Bondaz, aux éditions CNRS, 2017.

Sénégal, janvier 2010 : un mystérieux personnage à bord d’une voiture distribuerait des offrandes de viande et d’argent qui tueraient ceux qui les acceptent. Pendant une quinzaine de jours, cette étrange rumeur circule dans tout le pays, fait la une de l’actualité et provoque plusieurs incidents : des personnes sont accusées d’être le « tueur charitable» et prises à partie par la foule. Parce qu’elle perturbe le cours ordinaire des choses et déstabilise les évidences du sens commun, cette rumeur d’offrande de la mort offre une entrée originale pour étudier des faits sociaux de plus grande ampleur. Lire la suite

Journée d’étude : Politique, croyances et conflits en Afrique Centrale

Politique, croyances et conflits en Afrique Centrale, Libreville, 9 juin 2017

La communauté des chercheurs en sciences sociales s’interroge moins sur le triptyque « Politique, croyances et conflits » en Afrique subsaharienne. Il résulte de ce déséquilibre une limite ouvrant la voie à un fort potentiel de recherche dans les années à venir. De nombreux travaux traitent de manière séparée la politique et les croyances comme source de conflits en Afrique. La littérature existante provient essentiellement de sources institutionnelles et circule sous la forme de travaux d’expertises rédigés en réponse aux commandes des agences d’aides internationales – bailleurs de fonds et ONG (UNESCO, 2005). Lire la suite

Le pentecôtisme à la conquête du Gabon

Le pentecôtisme à la conquête du Gabon, Maixant Mébiame-Zomo, Paris, l’Harmattan

couverture-maixantMaixant Mébiame-Zomo est anthropologue, docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS, Paris). Il enseigne la sociologie et l’anthropologie des religions à l’Université de Libreville (Gabon). Ses recherches portent sur la transnationalisation du pentecôtisme gabonais, la sorcellerie et les crimes rituels. Il a co-édité, avec A. Atérianus et J. Tonda, La violence de la vie quotidienne à Libreville, Paris, L’Harmattan, 2016.                          « Cet ouvrage tend à combler un vide en matière de sociologie et d’anthropologie des religions au Gabon. Il traite du pentecôtisme, un mouvement religieux effervescent aux prétentions thérapeutiques et thaumaturges et qui a suscité d’emblée l’intérêt de la population gabonaise des années 1930. Lire la suite

Exposition « Présumées coupables », Archives nationales, Paris.

 exposition Présumées coupables

Du 30 novembre 2016 au 27 mars 2017 : Site de Paris – Hôtel de Soubise

Restituer la voix des femmes à travers les pièces de procédure de la fin du Moyen Âge au 20e siècle, telle est l’ambition de cette grande exposition. Plus de 320 procès-verbaux d’interrogatoires, qui sont parfois les seules traces écrites de destinées fragiles, nous livrent les propos tenus par des femmes confrontées aux juges qui les questionnent.
L’exposition privilégie cinq archétypes : la sorcière en Europe aux 16e-17e siècles, l’empoisonneuse, l’infanticide, la pétroleuse de la Commune de Paris et, enfin, la traîtresse incarnée le plus souvent par la femme tondue lors de la Libération. Lire la suite

The Sex Thieves. The Anthropology of a Rumor

Mis en avant

By Julien Bonhomme – University of Chicago Press, 2016

bonhommeWhile working in Africa, anthropologist Julien Bonhomme encountered an astonishing phenomenon: people being accused of stealing or shrinking the genitals of strangers on the simple occasion of a handshake on the street. As he soon discovered, these accusations can have dramatic outcomes: the “sex thieves” are often targeted by large crowds and publicly lynched. Moreover, such rumors are an extremely widespread practice, having affected almost half of the African continent since the 1970s. In this book, Bonhomme examines the story of the “penis snatcher,” asking larger questions about how to account for such a phenomenon—unique in its spatial and temporal scale—without falling prey to the cliché of Africa as an exotic other.

Lire la suite