Vient de paraître : L’empathie ethnographique

L’empathie ethnographique, Bruno Martinelli, 4 Vents, Karthala, 2020

Cet essai sur l’empathie ethnographique relève pour l’essentiel d’un questionnement épistémologique. Pour une ethnologie sortie de ses insularités traditionnelles, l’empathie est professionnellement revendiquée comme la dimension artisanale de la démarche ethnographique. Elle exprime à la fois la relation personnelle, intime, souvent solitaire, au « terrain », et le savoir-faire de l’enquête directe, fondé sur la rencontre de l’autre. À quoi s’ajoute une histoire singulière d’ethnologue sur chaque terrain. Considérée comme l’une des ressources de l’élaboration de la connaissance et du métier d’ethnologue, l’empathie prend des formes et passe par des étapes qui ont pu en faire un paradigme de la recherche pour d’autres disciplines. Comment l’empathie intervient-elle dans la démarche ethnologique et en quoi contribue-telle à la production de connaissance ?

Continuer la lecture de « Vient de paraître : L’empathie ethnographique »

Les Pouvoirs de la parole. Parcours africaniste

Habilitation à diriger des recherches, le 7 février 2020

Maître de conférence à l’École normale supérieure, Julien Bonhomme a soutenu une habilitation à diriger des recherches le 7 février 2020 à 14h, à l’université Paris-Descartes, au 45 rue des Saints-Pères 75006 Paris, dans la salle des thèses. Continuer la lecture de « Les Pouvoirs de la parole. Parcours africaniste »

Le forgeron, le juge et l’ethnologue: autour de Bruno Martinelli

Journal des africanistes 88 (2), décembre 2018

Coordonné par Sandra Fancello & André Mary

Professeur d’anthropologie à l’université d’Aix-Marseille et chercheur à l’Institut des mondes africains, Bruno Martinelli était avant tout un chercheur passionné dont l’investissement en toutes choses reste marqué par l’énergie et la ténacité : l’enseignement, la formation à la recherche, ses terrains ethnographiques et la coopération interuniversitaire entre la France et l’Afrique1. Moins familier des lieux de publicité et de valorisation, il concevait la recherche comme une œuvre à partager et à transmettre, « bonne à penser » et destinée à instruire, sans grand profit pour lui-même. Ce dossier entend retracer et prolonger les sillons qu’il a creusés et qui ont façonné son œuvre ethnographique. Continuer la lecture de « Le forgeron, le juge et l’ethnologue: autour de Bruno Martinelli »