Vient de paraître : L’empathie ethnographique

L’empathie ethnographique, Bruno Martinelli, 4 Vents, Karthala, 2020

Cet essai sur l’empathie ethnographique relève pour l’essentiel d’un questionnement épistémologique. Pour une ethnologie sortie de ses insularités traditionnelles, l’empathie est professionnellement revendiquée comme la dimension artisanale de la démarche ethnographique. Elle exprime à la fois la relation personnelle, intime, souvent solitaire, au « terrain », et le savoir-faire de l’enquête directe, fondé sur la rencontre de l’autre. À quoi s’ajoute une histoire singulière d’ethnologue sur chaque terrain. Considérée comme l’une des ressources de l’élaboration de la connaissance et du métier d’ethnologue, l’empathie prend des formes et passe par des étapes qui ont pu en faire un paradigme de la recherche pour d’autres disciplines. Comment l’empathie intervient-elle dans la démarche ethnologique et en quoi contribue-telle à la production de connaissance ?

Continuer la lecture de « Vient de paraître : L’empathie ethnographique »

Le forgeron, le juge et l’ethnologue: autour de Bruno Martinelli

Journal des africanistes 88 (2), décembre 2018

Coordonné par Sandra Fancello & André Mary

Professeur d’anthropologie à l’université d’Aix-Marseille et chercheur à l’Institut des mondes africains, Bruno Martinelli était avant tout un chercheur passionné dont l’investissement en toutes choses reste marqué par l’énergie et la ténacité : l’enseignement, la formation à la recherche, ses terrains ethnographiques et la coopération interuniversitaire entre la France et l’Afrique1. Moins familier des lieux de publicité et de valorisation, il concevait la recherche comme une œuvre à partager et à transmettre, « bonne à penser » et destinée à instruire, sans grand profit pour lui-même. Ce dossier entend retracer et prolonger les sillons qu’il a creusés et qui ont façonné son œuvre ethnographique. Continuer la lecture de « Le forgeron, le juge et l’ethnologue: autour de Bruno Martinelli »

Face à la sorcellerie

Cahiers d’études africaines, n°231-232, 2018

Coordonné par Sandra Fancello & Julien Bonhomme

La sorcellerie n’est pas seulement une affaire privée qui se joue au sein des familles, elle concerne également les institutions jusqu’au cœur même de l’État. Celles-ci se retrouvent de plus en plus souvent prises dans le cercle mortifère des rumeurs, accusations et violences, quand elles ne participent pas elles-mêmes à l’expansion du schème d’interprétation sorcellaire. Devant ce constat, ce numéro examine à travers une série d’études de cas comment les institutions et leurs acteurs font face à la sorcellerie. Centrées sur l’analyse des dynamiques de l’imputation et de la stigmatisation, les contributions portent aussi bien sur les institutions les plus centrales de l’État (la justice, nationale mais aussi internationale, la police, l’école) que sur les institutions sanitaires, religieuses et sportives ou encore les médias. Continuer la lecture de « Face à la sorcellerie »

Pentecôtistes en Ouganda. Générations, Sida et moralité

Alessandro Gusman, Pentecôtistes en Ouganda, Paris, Karthala, avril 2018

Ces trente dernières années, la mouvance pentecôtiste s’est rapidement imposée en Ouganda, avec des méthodes d’expansion et d’évangélisation agressives, se fondant sur la nécessité d’agir pour libérer et «purifier » les individus et la société ougandaise. En l’espace de quelques décennies, les pentecôtistes sont devenus une force en mesure de peser sur les décisions politiques, notamment en matière de prévention du Sida, et de modifier de manière significative les représentations morales liées à la sexualité, aux relations familiales et aux rapports entre les générations. Continuer la lecture de « Pentecôtistes en Ouganda. Générations, Sida et moralité »

L’offrande de la mort. Une rumeur au Sénégal

L’offrande de la mort. Une rumeur au Sénégal, par Julien Bonhomme et Julien Bondaz, aux éditions CNRS, 2017.

Sénégal, janvier 2010 : un mystérieux personnage à bord d’une voiture distribuerait des offrandes de viande et d’argent qui tueraient ceux qui les acceptent. Pendant une quinzaine de jours, cette étrange rumeur circule dans tout le pays, fait la une de l’actualité et provoque plusieurs incidents : des personnes sont accusées d’être le « tueur charitable» et prises à partie par la foule. Parce qu’elle perturbe le cours ordinaire des choses et déstabilise les évidences du sens commun, cette rumeur d’offrande de la mort offre une entrée originale pour étudier des faits sociaux de plus grande ampleur. Continuer la lecture de « L’offrande de la mort. Une rumeur au Sénégal »