Violence, incertitude et vulnérabilité

En Afrique centrale, la multi-crise est ancienne, durable et profonde. Les milieux sociaux se sont progressivement adaptés aux incertitudes et à la précarité qu’elle n’a cessé de générer. Les principaux modes de redistribution qui fondaient la solidarité africaine ne réussissent plus aujourd’hui à réduire l’incertitude en général et les risques économiques, sociaux et sanitaires des plus faibles. Ainsi, la recherche de la sécurité et la réduction de l’incertitude peuvent être considérées comme un trait majeur de la culture africaine contemporaine dans un contexte où le flou et l’ambiguïté sont plutôt la règle que l’exception (Boholm, 2003 : 168). Les formes culturelles de résilience liées aux vulnérabilités générées par la crise se traduisent ainsi par des changements de comportements sociaux et familiaux. De nombreuses dynamiques oeuvrent ainsi de manière déterminante à la généralisation d’une culture de l’incertitude qui affecte les conceptions du monde, le lien social et le rapport à la richesse et au travail. Dans ces circonstances, certaines catégories sociales (les femmes, les vieux, les enfants) sont davantage vulnérables à la violence ordinaire des rapports sociaux et deviennent par la même vulnérables à la violence des accusations de sorcellerie. Continuer la lecture de « Violence, incertitude et vulnérabilité »

ANR EInSA

Le carnet ferait partie intégrante des activités du programme ANR EINSA sur « L’Etat et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine. Violence, justice et droits de l’Homme » (Programme blanc 2012-2015) qui compte 22 membres, répartis dans trois équipes de six à huit membres. Le projet s’articule autour de trois grands axes thématiques :

1. Logiques de l’accusation dans le cadre institutionnel : affaires, rumeurs, procès.
2. Quête de guérison et itinéraires de consultations : le traitement des corps souffrants.
3. Violence, incertitude et vulnérabilité : stratégies de sécurisation de l’existence.

Les recherches ethnographiques focalisées sur l’Afrique centrale seront dirigées vers six pays : la Centrafrique, le Gabon, le Congo (Kinshasa), le Congo (Brazzaville), l’Ouganda et le Cameroun.

Le programme compte trois partenaires institutionnels : le Centre d’Etudes des Mondes Africains (CEMAf-CNRS), l’Institut Interdisciplinaire d’anthropologie du Contemporain (IIAC-EHESS) et le Laboratoire d’Anthropologie sociale (LAS-Collège de France).