Présentation de l’ouvrage : Sorcellerie et violence en Afrique

Dans plusieurs pays africains la croyance à la sorcellerie se traduit par des accusations, des stigmatisations, des violences, des procès judiciaires et parfois, par de lourdes condamnations. Des églises aux tribunaux, être désigné comme « sorcier » impute à la personne accusée une capacité de nuire et l’assigne à une déchéance d’humanité. De l’espace villageois à l’espace urbain, de l’espace privé à l’espace public, les flambées de violences accusatrices ont un caractère quasi épidémiologique allant jusqu’à mettre en cause le fonctionnement de l’État et de ses institutions. Continuer la lecture de « Présentation de l’ouvrage : Sorcellerie et violence en Afrique »

ANR EInSA

Le carnet ferait partie intégrante des activités du programme ANR EINSA sur “L’Etat et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine. Violence, justice et droits de l’Homme” (Programme blanc 2012-2015) qui compte 22 membres, répartis dans trois équipes de six à huit membres. Le projet s’articule autour de trois grands axes thématiques :

1. Logiques de l’accusation dans le cadre institutionnel : affaires, rumeurs, procès.
2. Quête de guérison et itinéraires de consultations : le traitement des corps souffrants.
3. Violence, incertitude et vulnérabilité : stratégies de sécurisation de l’existence.

Les recherches ethnographiques focalisées sur l’Afrique centrale seront dirigées vers six pays : la Centrafrique, le Gabon, le Congo (Kinshasa), le Congo (Brazzaville), l’Ouganda et le Cameroun.

Le programme compte trois partenaires institutionnels : le Centre d’Etudes des Mondes Africains (CEMAf-CNRS), l’Institut Interdisciplinaire d’anthropologie du Contemporain (IIAC-EHESS) et le Laboratoire d’Anthropologie sociale (LAS-Collège de France).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search