Le forgeron, le juge et l’ethnologue: autour de Bruno Martinelli

Mis en avant

Journal des africanistes 88 (2), décembre 2018

Coordonné par Sandra Fancello & André Mary

Professeur d’anthropologie à l’université d’Aix-Marseille et chercheur à l’Institut des mondes africains, Bruno Martinelli était avant tout un chercheur passionné dont l’investissement en toutes choses reste marqué par l’énergie et la ténacité : l’enseignement, la formation à la recherche, ses terrains ethnographiques et la coopération interuniversitaire entre la France et l’Afrique1. Moins familier des lieux de publicité et de valorisation, il concevait la recherche comme une œuvre à partager et à transmettre, « bonne à penser » et destinée à instruire, sans grand profit pour lui-même. Ce dossier entend retracer et prolonger les sillons qu’il a creusés et qui ont façonné son œuvre ethnographique. Continuer la lecture

Face à la sorcellerie

Mis en avant

Cahiers d’études africaines, n°231-232, 2018

Coordonné par Sandra Fancello & Julien Bonhomme

La sorcellerie n’est pas seulement une affaire privée qui se joue au sein des familles, elle concerne également les institutions jusqu’au cœur même de l’État. Celles-ci se retrouvent de plus en plus souvent prises dans le cercle mortifère des rumeurs, accusations et violences, quand elles ne participent pas elles-mêmes à l’expansion du schème d’interprétation sorcellaire. Devant ce constat, ce numéro examine à travers une série d’études de cas comment les institutions et leurs acteurs font face à la sorcellerie. Centrées sur l’analyse des dynamiques de l’imputation et de la stigmatisation, les contributions portent aussi bien sur les institutions les plus centrales de l’État (la justice, nationale mais aussi internationale, la police, l’école) que sur les institutions sanitaires, religieuses et sportives ou encore les médias. Continuer la lecture

Journées d’étude : Corps, mémoires, liens. Comment les migrants fabriquent leur présent.

Corps, mémoires, liens : comment les migrants fabriquent leur présent ?

flou optimisé

© Sandra Fancello

Lors de ces journées la réflexion sera orientée autour de divers profils de l’expérience migratoire. Les variables (culturelles, religieuses, politiques) déterminant, au cours de l’expérience migratoire, les formes de la mémoire et de l’oubli, et leur rapport avec les questions de la souffrance et de la cure ; la manière de reproduire par le corps la mémoire et le lien social, à travers ce qu’on peut nommer des archives incorporées, parmi lesquelles les symptômes et la maladie ; la dialectique entre mémoire et oubli et les économies morales du mensonge parmi les réfugiés et les demandeurs d’asile, tout en se posant la question suivante : Que signifie pour ces sujets devoir inventer des dates, noms, événements douloureux, relations et émotions, et donc vivre dans un monde d’expériences sans références au point de s’inventer une biographie, voire : une mémoire, parallèle ?

Continuer la lecture

Sorcellerie et violence en Afrique : une ethnographie par l’image

 

L’approche de la sorcellerie est l’un des défis les plus délicats à relever pour l’anthropologue, notamment du point de vue de la méthode ethnographique et de la posture de l’observateur observant l’invisible. Les médias africains, audiovisuels locaux et globaux, se font les vecteurs de la violence associée à la sorcellerie, livrant à profusion témoignages, documents et fictions. Le recours à l’image est ainsi directement mis en cause par des pratiques anti-sorcières qui visent à la spectacularisation et à l’exemplification. L’ethnographe est alors amené à s’interroger sur la légitimité de sa posture éthique et méthodologique. Filmer la violence est-il légitime et jusqu’où peut-on filmer ? À quel moment l’ethnologue bascule-t-il de l’observation à la complicité passive face à ces situations extrêmes ? Quels usages, éventuellement pédagogiques, militants, peuvent être faits des vidéos témoignant de telles scènes de violence ? Continuer la lecture

Le projet de recherche

Dans certaines régions d’Afrique, les « affaires de sorcellerie » et la chaîne de violences qui conduit du soupçon, ou de la rumeur, à l’accusation publique jusqu’au passage à l’acte (meurtre, lynchage), prennent aujourd’hui une dimension alarmante. Loin d’être une dimension exotique ou anachronique des crises sociétales africaines, ces faits mettent en cause le fonctionnement de l’État et de ses institutions dans le contexte de la modernité. De l’espace villageois à l’espace urbain, de l’espace privé à l’espace public, l’exploitation médiatique et politique de ces flambées de violences accusatrices leur confère un caractère quasi épidémiologique. La fluidité du phénomène est accentuée par le fait qu’on n’a plus à faire à des accusations socialement circonscrites et régulées, exutoires des tensions sociales liées aux clivages connus (hommes/femmes, vieux/jeunes, parents/alliés, riches/pauvres). La dérégulation normative liée en partie au désengagement de l’État installe l’insécurité et l’incertitude au coeur de la vie sociale et atteint les rapports intrafamiliaux, les relations de voisinage et de cohabitation, de générations et de genre, et plus globalement l’économie morale des entreprises et la légitimité des institutions. Continuer la lecture