Sorcellerie et violence en Afrique : une ethnographie par l’image

 

L’approche de la sorcellerie est l’un des défis les plus délicats à relever pour l’anthropologue, notamment du point de vue de la méthode ethnographique et de la posture de l’observateur observant l’invisible. Les médias africains, audiovisuels locaux et globaux, se font les vecteurs de la violence associée à la sorcellerie, livrant à profusion témoignages, documents et fictions. Le recours à l’image est ainsi directement mis en cause par des pratiques anti-sorcières qui visent à la spectacularisation et à l’exemplification. L’ethnographe est alors amené à s’interroger sur la légitimité de sa posture éthique et méthodologique. Filmer la violence est-il légitime et jusqu’où peut-on filmer ? À quel moment l’ethnologue bascule-t-il de l’observation à la complicité passive face à ces situations extrêmes ? Quels usages, éventuellement pédagogiques, militants, peuvent être faits des vidéos témoignant de telles scènes de violence ? Continuer la lecture

Présentation de l’ouvrage : Sorcellerie et violence en Afrique

Dans plusieurs pays africains la croyance à la sorcellerie se traduit par des accusations, des stigmatisations, des violences, des procès judiciaires et parfois, par de lourdes condamnations. Des églises aux tribunaux, être désigné comme « sorcier » impute à la personne accusée une capacité de nuire et l’assigne à une déchéance d’humanité. De l’espace villageois à l’espace urbain, de l’espace privé à l’espace public, les flambées de violences accusatrices ont un caractère quasi épidémiologique allant jusqu’à mettre en cause le fonctionnement de l’État et de ses institutions. Continuer la lecture

Logiques de l’accusation dans le cadre institutionnel

Les recherches engagées au sein de cet axe se focaliseront sur les dynamiques sociales de la parole accusatrice et les chaînes d’escalade de la stigmatisation, de l’imputation et de l’accusation dans plusieurs cadres institutionnels : justice, police, associations, entreprises. Elles poseront explicitement le problème des droits de l’homme par rapports aux faits répressifs consécutifs aux accusations de sorcellerie (Ter Haar, 2007). L’accusation, moment clé, du processus social, sera étudiée à travers la diversité de ses expressions symboliques, de ses modalités pratiques, de ses codifications, de ses acteurs et de ses scénographies. Ainsi, l’entrée des « affaires de sorcellerie » dans les cours de justice en Afrique n’est pas un phénomène nouveau (Fisiy, 1990 ; Fisiy & Geischiere, 1990 ; Raynal, 1994). Le scénario change de nature et d’enjeu lorsque le plaignant (ou la famille) qui se dit victime de « sorcellerie » voit sa plainte reconnue en droit par la cour de justice pénale et que le soupçon porté sur les personnes « coupables » se transmue en accusation en bonne et due forme, assortie de sanction, par la médiation de quelque tradipraticien, « témoin à charge » ou expert des choses cachées, visionnaires de ces actes par définition invisibles. La transformation d’une affaire de sorcellerie en « affaire pénale » suppose une accusation publique portée par un magistrat, intervenant au nom des valeurs et des normes de la société mises en cause par le prévenu. Continuer la lecture

ANR EInSA

Le carnet ferait partie intégrante des activités du programme ANR EINSA sur « L’Etat et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine. Violence, justice et droits de l’Homme » (Programme blanc 2012-2015) qui compte 22 membres, répartis dans trois équipes de six à huit membres. Le projet s’articule autour de trois grands axes thématiques :

1. Logiques de l’accusation dans le cadre institutionnel : affaires, rumeurs, procès.
2. Quête de guérison et itinéraires de consultations : le traitement des corps souffrants.
3. Violence, incertitude et vulnérabilité : stratégies de sécurisation de l’existence.

Les recherches ethnographiques focalisées sur l’Afrique centrale seront dirigées vers six pays : la Centrafrique, le Gabon, le Congo (Kinshasa), le Congo (Brazzaville), l’Ouganda et le Cameroun.

Le programme compte trois partenaires institutionnels : le Centre d’Etudes des Mondes Africains (CEMAf-CNRS), l’Institut Interdisciplinaire d’anthropologie du Contemporain (IIAC-EHESS) et le Laboratoire d’Anthropologie sociale (LAS-Collège de France).