Le forgeron, le juge et l’ethnologue: autour de Bruno Martinelli

Mis en avant

Journal des africanistes 88 (2), décembre 2018

Coordonné par Sandra Fancello & André Mary

Professeur d’anthropologie à l’université d’Aix-Marseille et chercheur à l’Institut des mondes africains, Bruno Martinelli était avant tout un chercheur passionné dont l’investissement en toutes choses reste marqué par l’énergie et la ténacité : l’enseignement, la formation à la recherche, ses terrains ethnographiques et la coopération interuniversitaire entre la France et l’Afrique1. Moins familier des lieux de publicité et de valorisation, il concevait la recherche comme une œuvre à partager et à transmettre, « bonne à penser » et destinée à instruire, sans grand profit pour lui-même. Ce dossier entend retracer et prolonger les sillons qu’il a creusés et qui ont façonné son œuvre ethnographique. Continuer la lecture

Face à la sorcellerie

Mis en avant

Cahiers d’études africaines, n°231-232, 2018

Coordonné par Sandra Fancello & Julien Bonhomme

La sorcellerie n’est pas seulement une affaire privée qui se joue au sein des familles, elle concerne également les institutions jusqu’au cœur même de l’État. Celles-ci se retrouvent de plus en plus souvent prises dans le cercle mortifère des rumeurs, accusations et violences, quand elles ne participent pas elles-mêmes à l’expansion du schème d’interprétation sorcellaire. Devant ce constat, ce numéro examine à travers une série d’études de cas comment les institutions et leurs acteurs font face à la sorcellerie. Centrées sur l’analyse des dynamiques de l’imputation et de la stigmatisation, les contributions portent aussi bien sur les institutions les plus centrales de l’État (la justice, nationale mais aussi internationale, la police, l’école) que sur les institutions sanitaires, religieuses et sportives ou encore les médias. Continuer la lecture

La violence de la vie quotidienne à Libreville

Mis en avant

LA VIOLENCE DE LA VIE QUOTIDIENNE À LIBREVILLE, Academia, 2016

9782806103079r

Sous la direction d’Alice Ateranius-Owanga, Maixant Mebiame-Zomo et Joseph Tonda.
Academia-L’Harmattan, collection Investigations d’anthropologie prospective.

Cet ouvrage offre une micro-analyse du quotidien des habitants de Libreville, en s’attachant à une dimension incontournable des échanges et des pratiques qui s’y donnent à voir : leur violence. Les articles examinent cette violence ordinaire et latente de la vie quotidienne à Libreville, démontrant comment violence des rapports sociaux, violence des institutions et violence de l’invisible s’entrecroisent. Continuer la lecture

Religions, guérisons et forces occultes en Afrique

Mis en avant

Religions, guérisons et forces occultes. Le regard d’Eric de Rosny, Sous la direction de gilles seraphin, Paris, Éditions Karthala, 2016

Sans-titre-1En apparence, rien ne destinait Éric de Rosny (1930-2012) à cette vie d’exploration passionnée dans plusieurs territoires éloignés. Né au sein d’une famille de vieille noblesse française, il intègre dès ses 19 ans la Compagnie de Jésus. Celle-ci l’enverra en Afrique, essentiellement au Cameroun, où il exercera plusieurs responsabilités. Dès son arrivée à Douala, en 1957, ce jeune enseignant est vite intrigué. Ses élèves font fréquemment allusion à la « sorcellerie ». En visiteur, curieux mais respectueux, il rencontre, lie amitié, assiste à des cérémonies. Il s’initie à la langue, observe, questionne. Sur les pas de Din, un nganga (guérisseur) qui lui «ouvre les yeux », il est initié aux mystères du monde invisible et aux rites de guérison traditionnels. Continuer la lecture

Figures prophétiques et chants révélés dans le Réveil évangélique du Congo

SOUTENANCE DE THÈSE DE BERNARD COYAULT LE 12 DÉCEMBRE 2015

IMGP7435 (2)

Séance de prière au Centre thérapeutique de la paroisse EEC de Mayangui, Brazzaville, 2007 (Photo B. Coyault).

Daniel Ndoundou (1911-1986), prophète congolais méconnu et pasteur de l’Église Évangélique du Congo, a dirigé durant 38 ans un mouvement dont l’impact populaire a largement débordé le cadre de son Église. Ce « Réveil de 1947 » (ou nsikumusu), qui avait débuté parmi les élèves pasteurs et instituteurs de la station missionnaire de Ngouedi au sud du Congo Brazzaville, s’inscrit dans l’héritage des prophétismes Kongo. A la mort du prophète, resté sans successeur, le mouvement s’est perpétué par un phénomène de fragmentation, avec l’émergence et la multiplication de figures prophétiques locales et anonymes qui, jusqu’à aujourd’hui, reproduisent et enrichissent la matrice prophétique initiale.  Continuer la lecture