Pentecôtismes et violence du discours sorcellaire au Cameroun

Soutenance de thèse de Sariette Batibonak le 16 décembre 2015

thèse-sarietteA partir d’enquêtes menées entre 2010 et 2015, Sariette Batibonak analyse le discours anti-sorcellerie diffusé dans les Églises pentecôtistes au Cameroun depuis le début des années 1990. Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’étude du pentecôtisme en général mais de comprendre le rôle des prédicateurs dans la radicalisation de la lutte contre la sorcellerie au Cameroun, tandis que l’expansion du pentecôtisme se nourrit de cette rhétorique anti-sorcellerie dont le succès populaire n’est pas entamé par les images de violence qu’elle contribue à véhiculer. Continuer la lecture de « Pentecôtismes et violence du discours sorcellaire au Cameroun »

Politique de la délivrance et guerre spirituelle des pentecôtistes en Afrique

6e Conférence européenne des études africaines, paris, juillet 2015

ECAS-logo-AfriqueAvec le succès des églises pentecôtistes et des centres de délivrance, la lutte contre les «forces du mal» est devenue un thème de mobilisation dans l’Afrique contemporaine. Le discours sur l’omniprésence de la sorcellerie dans les sphères de la vie quotidienne, alimenté par le «marché de la guérison», contribue à renforcer l’imaginaire de la persécution par les autres, proches ou lointains, le pentecôtisme constituant une forme paradoxale et alternative de discours sorcellaire. La délivrance pentecôtiste se présente comme une ressource individuelle et collective face à la sorcellerie, puisant sa force dans sa dimension discursive autant que dans la performance rituelle et corporelle. Continuer la lecture de « Politique de la délivrance et guerre spirituelle des pentecôtistes en Afrique »

Ordinary Violence and Social Change in Africa

Jacky Bouju, Aix-Marseille University and Mirjam de Bruijn, Leiden University and African Studies Centre Leiden (eds.)

Ordinary social violence, – i.e. recurrent mental or physical aggression occurring between closely related people – structures social relationships in Africa, and in the world. Studies of violence in Africa often refer to ethnic wars and explicit conflicts and do not enter the hidden domain of violence that this book reveals through in-depth anthropological studies from different parts and contexts in Africa. Ordinary violence has its distinctive forms embedded in specific histories and cultures. It is gendered, implicates witchcraft accusations, varies in rural and urban contexts, relates to demographic and socio-economic changes of the past decades and is embedded in the everyday life of many African citizens. The experience of ordinary violence goes beyond the simple notion of victimhood; instead it structures social life and should therefore be a compelling part of the study of social change. Continuer la lecture de « Ordinary Violence and Social Change in Africa »

Journée d’étude : Les institutions face à la sorcellerie : outils et défis de l’enquête

La sorcellerie a toujours été, y compris pour les anthropologues qui en ont fait leur « affaire », un objet problématique sur le plan de la définition de la chose dont on parle, de la méthode d’approche mais aussi de la posture du sujet impliqué dans l’enquête. Cette journée d’étude n’entend pas revenir sur la littérature très vaste concernant ces sujets. Il s’agit plutôt, en prenant appui sur des études de cas nourris d’une longue expérience ou au contraire d’un premier terrain exploratoire, de poser clairement les problèmes de faisabilité de l’enquête sur un objet polémique. L’analyse des difficultés rencontrées, des impasses ou même des échecs fait partie traditionnellement des leçons de ce type de terrain. Continuer la lecture de « Journée d’étude : Les institutions face à la sorcellerie : outils et défis de l’enquête »

Présentation de l’ouvrage : Sorcellerie et violence en Afrique

Dans plusieurs pays africains la croyance à la sorcellerie se traduit par des accusations, des stigmatisations, des violences, des procès judiciaires et parfois, par de lourdes condamnations. Des églises aux tribunaux, être désigné comme « sorcier » impute à la personne accusée une capacité de nuire et l’assigne à une déchéance d’humanité. De l’espace villageois à l’espace urbain, de l’espace privé à l’espace public, les flambées de violences accusatrices ont un caractère quasi épidémiologique allant jusqu’à mettre en cause le fonctionnement de l’État et de ses institutions. Continuer la lecture de « Présentation de l’ouvrage : Sorcellerie et violence en Afrique »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search