L’expérience de réfugiés et de demandeurs d’asile : entre terreur de la sorcellerie, mémoires culturelles et violence bureaucratique

6e Conférence européenne des études africaines, paris, juillet 2015

ECAS-logo-AfriqueCe panel souhaite interroger la place de la sorcellerie dans les trajectoires et les narrations de réfugiés et de demandeurs d’asile. En Afrique et ailleurs, les représentations de la sorcellerie se mêlent aux ressentiments qui pèsent sur les communautés déplacées et les relations des individus. Face aux institutions du « gouvernement humanitaire », comment des réfugiés peuvent-ils rendre « crédibles » les menaces de la sorcellerie ou amener les preuves des « armes mystiques » qu’ils sentent peser sur eux ? Les concepts de « plausibilité » et de « cohérence », au cœur de l’idée d’une narration crédible, insistant sur un modèle d’« Homme rationnel » s’estompent devant ces expressions de l’expérience traumatique et témoignent d’autres formes de moralité. Lire la suite

Images de guerre en Afrique

Dans le cadre du séminaire “Images de la violence et violence des images” 

imagesJeudi 5 mars : Images de guerre en Afrique
Andrea Ceriana Mayneri (IMAf), Violence et « cannibalisme » en Centrafrique.
Marie Miran (EHESS), Les théâtres ivoiriens de la violence armée. Lire la suite

Images et sorcellerie en Afrique

Dans le cadre du séminaire « Images de la violence et violence des images » 

cc358ac16f675cb62ac9059f82344422_video
Jeudi 5 février :
André Mary (IIAC), La fabrique en images d’un crime rituel au Gabon.
Sandra Fancello (IMAf), Sorcellerie, lynchage et « tradition » sur le Net. Lire la suite

Images de la violence et violence des images

Séminaire “Mondes Africains” coordonné par Bruno Martinelli, Sandra Fancello et Jean-Claude Penrad, à l’EHESS, Paris (programme à venir)

Le thème de la violence et de son exposition par les images  animées  a été approché l’an passé sous l’angle particulier de la sorcellerie en Afrique, considérée comme l’un des défis à relever par les anthropologues sur le plan des méthodes, sur celui des écritures visuelles relatant une part d’invisible, comme sur celui des questions éthiques. Nous proposons cette année d’étendre notre travail à d’autres expressions de la violence en Afrique, notamment celles, politiques, impliquant des échelles différentes, entre local et global, et des modes de diffusion allant d’usages académiques plus ou moins confidentiels, à des réalisations fictionnelles, en passant par des productions documentaires ou journalistiques largement relayées. Cependant, nous considérons aussi que la production d’un savoir ou plus modestement de récits visuels, sur la violence, participe également  à l’expression d’autres facettes de la violence, perceptibles dans les réceptions diverses auprès des « spectateurs », dans les constructions mémorielles conflictuelles, dans les « effets retour » pour les personnes filmées, ou dans les postures éthiques des réalisateurs, pour ne citer que ces quelques développements. C’est donc autant les pratiques de recherche et de réalisation visuelle que les usages qui en sont faits (ou induits) qui orienteront nos présentations et nos débats. Lire la suite